Justice

Gabon-Guinée équatoriale : les coulisses du bras de fer pour l’île de Mbanié à la CIJ

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Marie-Madeleine Mborantsuo, présidente de la Cour constitutionnelle du Gabon.

Marie-Madeleine Mborantsuo, présidente de la Cour constitutionnelle du Gabon. © David Ignaszewski pour JA

Le procès opposant la Guinée équatoriale au Gabon au sujet de la souveraineté territoriale sur l’île de Mbanié s’est ouvert à la Cour internationale de justice. « Jeune Afrique » a eu accès aux premiers éléments d’un bras de fer qui doit se poursuivre jusqu’en 2022.

Le 7 avril dernier, la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye a officialisé la liste des agents désignés par la Guinée équatoriale et le Gabon dans le cadre du litige territorial qui oppose les deux pays à propos de l’île de Mbanié. Par cette ordonnance, la Cour désigne les représentants des parties en conflit qui seront admis à plaider devant ses juges.

Qui sont les agents ?

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3100_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte