Société

Algérie : 23 détenus du Hirak en grève de la faim

Par
Mis à jour le 11 avril 2021 à 11:38

Manifestation du Hirak à Alger, le 15 mars 2019. © Sadak Souici / Le Pictorium/MAXPPP

Vingt-trois détenus, écroués après une marche du mouvement antirégime du Hirak il y a une semaine à Alger, sont en grève de la faim depuis mercredi, a rapporté samedi une association de soutien aux prisonniers d’opinion.

« Samedi 10 avril 2021, les 23 détenus sont au quatrième jour de grève de la faim à la prison d’El Harrach (à Alger) entamée depuis mercredi 7 avril », a précisé le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) sur sa page Facebook.

Le 3 avril, 24 personnes avaient été arrêtées, dont les 23 grévistes de la faim, poursuivies pour « atteinte à l’unité nationale et attroupement non armé ». Elles avaient été interpellées alors que des militants du Hirak tentaient de défiler dans le centre de la capitale algérienne.

Après un an d’interruption, pandémie oblige, les hirakistes redescendent dans la rue depuis le 22 février, date du deuxième anniversaire du soulèvement populaire, pour réclamer le démantèlement du « système » en place depuis l’indépendance de l’Algérie en 1962. Ils manifestent habituellement chaque mardi, pour les étudiants, et vendredi, jour emblématique de la contestation. Des petits groupes d’activistes tentent aussi de défiler le samedi, lors de marches qui sont souvent rapidement étouffées par la police.

Restrictions à la liberté d’expression

Plusieurs militants ont encore été interpellés ce samedi à Alger, notamment à la Casbah et dans le quartier populaire de Bab El Oued, bastion du Hirak, selon le CNLD qui n’en précise pas le nombre. Cette association a recensé une soixantaine de personnes associées au Hirak et aujourd’hui derrière les barreaux.

En février, une quarantaine de détenus d’opinion avaient été libérés après une mesure de grâce du président Abdelmadjid Tebboune. Le Hirak est aujourd’hui accusé par le pouvoir d’être infiltré par des activistes islamistes, héritiers du Front islamique de salut, qui chercheraient à entraîner le mouvement de protestation dans l’action violente.

Dans son dernier rapport annuel publié mercredi, Amnesty International a dénoncé le fait que « cette année encore, les autorités ont arrêté et poursuivi en justice des manifestant.e.s pacifiques, des journalistes, des militant.e.s et des citoyen.ne.s qui n’avaient fait qu’exercer pacifiquement leurs droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique ». La diplomatie américaine a également épinglé l’Algérie, dans son rapport sur la situation des droits humains dans le monde, dénonçant en particulier la détention arbitraire de prisonniers politiques, le manque d’indépendance de la justice et les restrictions à la liberté d’expression et de la presse.