Économie
Joao Lourenco, Isabel Dos Santos et Jose Eduardo Dos Santos.

Cet article est issu du dossier

[Série] L’Angola de João Lourenço

Voir tout le sommaire
Politique

[Série] Angola : João Lourenço, président funambule (1/5)

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 22 juin 2021 à 16:25

Le president angolais, João Lourenço lors d’une séance plénière de la Douma, à Moscou, le 3 avril 2019. © Itar Tass / Panoramic

« L’Angola de João Lourenço » (1/5). À un an des élections générales, le chef de l’État est en position délicate. À la tête d’un pays en crise et d’un MPLA divisé, parviendra-t-il à garder le contrôle de la situation ?

Chassez le naturel, il revient au galop. L’adage décrit bien ce qui arrive à João Lourenço. À 67 ans, le président angolais entame sa quatrième année au pouvoir, après avoir succédé à José Eduardo dos Santos en 2017.

Issu du MPLA, le même parti que son prédécesseur, João Lourenço était un véritable produit du système. Ancien secrétaire général du MPLA (1998-2003), ex-ministre de la Défense (2014-2017), il a su se poser comme l’homme de la rupture, promettant d’en finir avec la gouvernance dos Santos, fondée sur l’opacité de la gestion des fonds publics et un autoritarisme politique.

Mais les années passant, et malgré des débuts prometteurs, le chef de l’État parvient de moins en moins à se démarquer de son prédécesseur dans un contexte de crise économique aggravée par  la pandémie de Covid-19. Une situation très inconfortable à un an des élections générales, qui auront lieu en 2022.

Parenthèse enchantée ?