Archives

Moumen Diouri, le retour

Le dernier des opposants « historiques » de l’époque Hassan II à vivre encore en exil, Moumen Diouri, 66 ans, va rentrer au Maroc fin novembre. Réfugié en France depuis 1971, cet ancien condamné à mort pour « complot contre la monarchie » qui fut brièvement expulsé vers le Gabon en 1991, après la publication de son brûlot À qui appartient le Maroc ?, s’est vu remettre il y a deux mois son passeport marocain. Celui qui fut, dans les années 1960, un compagnon de Cheikh el-Arab et de Mehdi Ben Barka est devenu en exil un islamiste pur et dur, proche du mouvement « Justice et Bienfaisance » du Cheikh Yacine. Mais il assure ne plus vouloir désormais faire de politique : « Place aux jeunes et j’espère que d’autres leaders en feront autant. »

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte