Politique

[Chronique] Vidéo insultante sur le Maroc : Brahim Bouhlel risque la prison

|
Mis à jour le 08 avril 2021 à 16h52

Par  Damien Glez

Dessinateur et éditorialiste franco-burkinabè.

L’acteur Brahim Bouhlel

L'acteur Brahim Bouhlel © Glez

L’acteur de la série « Validé » Brahim Bouhlel a provoqué un tollé, après une vidéo jugée humiliante pour les femmes et les enfants du royaume. Poursuivi en justice, le comédien risque de 1 à 3 ans d’emprisonnement.

Le bon copain fidèle, naïf et gauche du phénomène audiovisuel « Validé » serait-il aussi maladroit dans la vie ? Après avoir acquis une popularité certaine, l’interprète du personnage « Chinois » — ressort humoristique incontestable de la série consacrée au rap français — vient de provoquer l’un de ces tsunamis de désapprobation que seuls les réseaux sociaux peuvent engendrer de façon instantanée. En cause : une vidéo tournée à Marrakech et diffusée le 3 avril sur les réseaux sociaux.

Dans la séquence, le franco-algérien Brahim Bouhlel apparaît aux côtés de l’acteur franco-algérien Hedi Bouchenafa et de l’influenceur franco-marocain Zbarbooking. Il y interprète d’abord un personnage grossier qui souligne l’importance supposée des liasses de billets dans les relations humaines au Maroc. Il double ensuite en voix off Hedi Bouchenafa et Zbarbooking, évoquant en termes triviaux l’accès présumé à des filles faciles pour 100 dirhams et leur prétendue fertilité, allant jusqu’à désigner trois mineurs non floutés, deux garçons et une fille, comme progéniture supposément issue d’une débauche facile.

Bad buzz

Virale, la vidéo suscite instantanément une indignation qui oblige la marque Adidas à « reconsidérer sa collaboration avec l’acteur Brahim Bouhlel, après que ce dernier ait diffusé des clichés dégradants sur les femmes marocaines ». Dès dimanche, c’est un comédien « effondré » qui demande pardon sur son compte Instagram. Ménageant la chèvre de la justification et le chou de l’autoflagellation, il invoque le style parodique destiné à moquer les « gens qui véhiculent ces clichés » sur le Maroc, mais reconnaît s’être  » planté ». Il présente ses « plus sincères excuses au peuple marocain » pour ses « propos graves » et le « mal » qu’il a fait.

La marque Adidas a annoncé « reconsidérer sa collaboration avec l’acteur Brahim Bouhiel »

Le trait d’humour gras et le rétropédalage pourraient pourtant ne pas se limiter à un bad buzz. Dès mardi, une plainte est déposée par l’association du Club des avocats au Maroc devant le Procureur du Roi à Marrakech, et Brahim Bouhlel est placé en garde à vue ainsi que Zbarbooking. Une enquête a été ouverte pour « incitation à la haine et à la discrimination », pour « diffamation » et « pour diffusion de vidéos de personnes sans leur consentement ».

Le moins qu’on puisse dire c’est que les soutiens corporatistes à « Chinois » ne se bousculent pas au portillon. Sélectionné pour un caméo dans la saison deux de Validé, le rappeur Rohff a rappelé qu’il « n’est pas possible de rire de tout » et d’oublier « le respect envers les différents peuples du monde ». Booba, Maes, Niro, Mister You ou encore Kamelancien lui ont emboîté le pas…

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3103_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer