Politique
Les militaires français de l’opération Turquoise (ici à Gisenyi, au Rwanda, le 27 juin 1994) ont-ils reçu l’ordre de réarmer l’armée et les miliciens hutus auteurs des massacres ?

Cet article est issu du dossier

Génocide des Tutsi au Rwanda : quelle est la part de responsabilité de la France ?

Voir tout le sommaire
Politique

France-Rwanda : Emmanuel Macron ira-t-il à Kigali début mai ?

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 7 avril 2021 à 16:06

Paul Kagame et Emmanuel Macron lors du salon VivaTech, à Paris, en mai 2018 © Michel Euler/AP/SIPA

Le président français espère pouvoir se rendre début mai en voyage officiel à Kigali, avant le sommet sur le financement des économies africaines, prévu le 18 à Paris et auquel Paul Kagame doit participer.

Ce voyage du président français, très symboliqueest censé incarner le rapprochement en cours entre les deux pays. Il interviendrait quelques semaines après la publication du rapport de la commission Duclertdésignée par Macron en 2019 pour examiner la politique de la France au Rwanda entre 1990 et 1994. Fruit de deux ans de travail d’historiens, ce document de plus de 1 000 pages pointe la responsabilité « politique, morale et institutionnelle » de Paris dans le génocide des Tutsi au Rwanda en 1994, tout en écartant l’accusation de complicité de génocide portée contre la France.

Si la volonté d’organiser cette visite début mai est partagée par Emmanuel Macron et Paul Kagame, elle n’en reste pas moins dépendante de différents paramètres. 

Question de timing

D’abord, sans surprise, ce déplacement doit tenir compte de l’évolution de la situation sanitaire en France, où un nouveau confinement national a été décrété pour contrer une troisième vague de Covid-19. Ensuite, il dépend aussi de la publication imminente d’un nouveau rapport abordant le rôle de la France au Rwanda produit, cette fois, à la demande des autorités rwandaises.

Selon une source élyséennece document rwandais sera « regardé de près », mais le voyage du président Macron ne lui est pas directement lié. « Il y a forcément une question de timing : faut-il organiser ce voyage dans la foulée de la publication de ces deux rapports ou faut-il temporiser un peu, le temps d’avoir plus de recul ? » s’interroge-t-on dans l’entourage du président français.

Dans l’hypothèse où son voyage à Kigali se concrétiserait, Emmanuel Macron y prendrait publiquement la parole sur l’engagement français au Rwanda pendant le génocide des Tutsi. Mais il ne serait pas uniquement question d’enjeux mémoriels. Le chef de l’État français pourrait ainsi inaugurer le nouveau Centre culturel français à Kigali, en cours de finition, et attirer l’attention sur la reprise des activités de l’Agence française de développement (AFD) au Rwanda.