Justice

Niger : la CNDH confirme des cas de viols par des soldats tchadiens du G5 Sahel

| Par
Mis à jour le 04 avril 2021 à 10h33
Un soldat de l’armée malienne avec le G5 Sahel à Sevare, le 30 mai 2018.

Un soldat de l'armée malienne avec le G5 Sahel à Sevare, le 30 mai 2018. © SEBASTIEN RIEUSSEC/AFP

Dans un rapport rendu public le 2 avril, la Commission nationale des droits humains (CNDH) du Niger a confirmé qu’une fillette et deux jeunes femmes avaient été violées par des éléments tchadiens du G5 Sahel au cours du mois de mars dans la région de Tillabéri.

Le 2 avril, la CNDH a publié les conclusions de son enquête de terrain au sujet des allégations de viols perpétrés par des soldats tchadiens du G5 Sahel dans le département de Tera, au Niger, où ceux-ci étaient cantonnés avant de rejoindre la zone dite « des trois frontières ». Après avoir rencontré les autorités administratives et judiciaires, les témoins et les victimes présumées, la CNDH a conclu au bien-fondé des accusations contre les militaires.

« Il y a eu effectivement des viols sur une fille mineure de onze ans en classe de CE2 et deux femmes mariées (dont une enceinte) âgées de 23 et de 32 ans, toutes les deux mères de plusieurs enfants », détaille le rapport, rédigé après deux jours d’investigation sur place. « Il faut souligner que, pour ces deux femmes, ces actes odieux ont été commis en présence de leurs maris sous menace d’arme à feu de leurs agresseurs », ajoute le document signé par Émérite Khalid Ikhiri, président de la CNDH.

« Traduire les coupables devant les juridictions compétentes »

Toujours selon la CNDH, plusieurs tentatives de viol sont également à déplorer sur au moins cinq autres femmes. Celles-ci « ont réussi à s’enfuir quand (les) hommes armés (se sont) introduits dans leurs maisons. « La mission a aussi fait le constat d’agressions et de confiscations de biens sur de paisibles citoyens », détaille encore la commission, qui appelle les autorités à « traduire les coupables devant les juridictions compétentes ».

La Force conjointe G5 Sahel (FC-G5S) a réagi samedi, affirmant avoir envoyé une mission spéciale dans la localité de Tera.

« Face à des faits d’une telle gravité, en lien avec les autorités nigériennes et tchadiennes, la FC-G5S a pris des mesures idoines », peut-on lire dans le communiqué. Les soldats incriminés ont été retirés des effectifs et rapatriés dans leur pays d’origine. La Force conjointe G5 Sahel a également initié des sanctions disciplinaires. 

Le ministère des Affaires étrangères tchadien a déclaré que les auteurs avaient déjà été arrêtés et qu’ils « subiront les sanctions qui s’imposent ».

Rapport de la CNDH du Niger au sujet des accusations de viols par des soldats du G5 Sahel.

Rapport de la CNDH du Niger au sujet des accusations de viols par des soldats du G5 Sahel. © CNDH

Rapport de la CNDH du Niger au sujet des accusations de viols par des soldats du G5 Sahel.

Rapport de la CNDH du Niger au sujet des accusations de viols par des soldats du G5 Sahel. © CNDH

Rapport de la CNDH du Niger au sujet des accusations de viols par des soldats du G5 Sahel.

Rapport de la CNDH du Niger au sujet des accusations de viols par des soldats du G5 Sahel. © CNDH

Rapport de la CNDH du Niger au sujet des accusations de viols par des soldats du G5 Sahel.

Rapport de la CNDH du Niger au sujet des accusations de viols par des soldats du G5 Sahel. © CNDH

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer