Elections

Présidentielle au Tchad : Idriss Déby Itno à la recherche du « coup uppercut »

Réservé aux abonnés | | Par - Envoyé spécial à Bongor
Le président tchadien brigue un sixième mandat le 11 avril 2021.

Le président tchadien brigue un sixième mandat le 11 avril 2021. © Mathieu Olivier pour JA

Le président tchadien a achevé le 1er avril à Bongor sa campagne en dehors de N’Djamena pour obtenir un sixième mandat lors de la présidentielle du 11 avril. Dans cette élection qu’il estime « libre », tout autre résultat qu’une victoire au premier tour aurait un goût de défaite. Reportage.

« Premier tour ! Premier tour ! Premier tour ! Premier tour ! » Sur le terrain de l’aérodrome de Bongor, en ce milieu de matinée du 1er avril, le message est clair. Idriss Déby Itno prend à témoin la foule rassemblée autour de lui, à distance respectueuse d’une vingtaine de mètres. Avec le sourire, le regard rieur à peine dissimulé derrière ses éternelles lunettes de soleil, le président tchadien assène son objectif affiché pour la présidentielle du 11 avril prochain : remporter un sixième mandat dès le premier tour. D’un côté puis de l’autre de la scène sur laquelle il a pris place, il tend le micro aux militants venus l’acclamer.

Tous lui répondent en écho : représentants des peuples nomades, collectifs des femmes du Mouvement patriotique du salut (MPS, au pouvoir), rassemblements de jeunes, bureaux de soutien de tel ou tel département… Certains ont amené leur tambour. D’autres des enceintes, qui crachent de la musique dès que les discours s’arrêtent.

Tous y vont de leur panoplie. Tous en jaune, les partisans du « candidat de la convergence » sont parmi les plus bruyants depuis le début de la campagne. Ils sont les hommes et les femmes du ministre des Finances, Tahir Hamid Nguilin, qui est à la fois leur soutien financier, leur président d’honneur et leur protecteur.

Lors d’un meeting d’Idriss Déby Itno à Bangor, le 1er avril 2021.

Lors d’un meeting d’Idriss Déby Itno à Bangor, le 1er avril 2021. © Mathieu Olivier pour JA

En face, montées sur les plateformes de deux camions semi-remorques, des troupes bleues, chauffées à blanc, leur font de la concurrence. Les Jeunes patriotes, principaux animateurs des réseaux sociaux du candidat, sont menés par Hissein Idriss Déby, homme d’affaires et, surtout, un des fils du chef de l’État. Ils ne sont qu’un des multiples réseaux de jeunesse de cette campagne, où s’activent aussi des collectifs moins importants, comme « MIDI Pile » (pour Maréchal Idriss Déby Itno) ou encore « Jeunesse unie ». Autre contingent : la Jeunesse patriotique du salut, qui se fait également remarquer. Dans leur tenue verte, ils ont animé la campagne, dormant souvent sur place, à la belle étoile, reprenant la route après chaque étape.

« Un nouveau contrat »

Les Verts, casquettes vissées sur la tête et t-shirt à la gloire de la « fidélité » au maréchal, bénéficient quant à eux du soutien de l’aide de camp du président, Khoudar Mahamat Acyl. Le frère de la première dame Hinda Déby Itno, présente à Bongor, a fait le déplacement jusqu’au Mayo-Kebbi Est, où il a accueilli une partie de ses troupes dans son élégante villa de plusieurs étages, dont le jardin s’est transformé en quartier général et en dortoir.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte