Politique

[Édito] Retour de Gbagbo : la tentation de la revanche

Réservé aux abonnés | |
Mis à jour le 03 avril 2021 à 09h47

Par  François Soudan

Directeur de la rédaction de Jeune Afrique.

L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, en février 2020.

L'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, en février 2020. © Jerry Lampen/AP/SIPA

Désormais définitivement libre, Laurent Gbagbo prépare activement son retour en Côte d’Ivoire, où l’attendent avec impatience ses partisans. Et la plaie ouverte par sa brutale éviction n’est pas refermée.

La politique est un métier à risques où, comme le disait Nelson Mandela, « l’option prison fait partie du contrat ». Définitivement libre le 31 mars à l’issue d’un long processus judiciaire si mal ficelé par le bureau de la procureure Fatou Bensouda qu’il a parfois tourné à la palinodie, Laurent Gbagbo rejoint le club restreint des chefs d’État (ex ou actuels) vivants dotés d’une expérience carcérale : les Sud-Africains Jacob Zuma et Cyril Ramaphosa, le Zimbabwéen Emmerson Mnangagwa, le Nigérian Muhammadu Buhari, le Guinéen Alpha Condé, le Tchadien Hissène Habré et le Soudanais Omar el-Béchir – les deux derniers cités étant toujours derrière les barreaux.

Houphouët et lui

De leur période de détention, aucun n’est sorti brisé et tous ont hérité de la privation de liberté une forme de résilience et de détermination à part. Après huit années de prison et deux ans de quasi assignation à résidence, Laurent Gbagbo, 75 ans, s’apprête donc à regagner sa terre natale, nimbé aux yeux de ses partisans de l’auréole du héros et, très vraisemblablement, habité par le désir de renouer avec le fil de ce qu’il estime être son destin et l’histoire de son pays, tous deux confondus et brutalement interrompus le 11 avril 2011.

Son unique prise de parole à ce jour, une interview accordée à TV5 Monde le 29 octobre 2020, au cours de laquelle il avait semblé en retrait, prônant l’apaisement et la réconciliation et se démarquant du mot d’ordre de désobéissance civile, n’était-elle qu’une simple posture ? C’est probable. Même si Laurent Gbagbo semble avoir abandonné toute volonté de vengeance et tout sentiment de rancune, au sens trivial de ces deux termes, l’idée qu’il se fait de lui-même et de son pays n’ont pas changé.

Il ne se reproche qu’une seule chose : avoir sous-estimé « la méchanceté » de Ouattara, Bédié et Sarkozy

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte