Politique

Comment Alassane Ouattara gère le retour en Côte d’Ivoire de Laurent Gbagbo

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 03 avril 2021 à 10h33
Laurent Gbagbo, à la CPI le 31 mars 2021.

Laurent Gbagbo, à la CPI le 31 mars 2021. © ICC-CPI/REUTERS

Après que l’ancien président a été définitivement acquitté le 31 mars, Alassane Ouattara a ouvert les négociations, via des émissaires.

La confirmation, le 31 mars, de l’acquittement de l’ex-président Laurent Gbagbo et de son ex-ministre de la Jeunesse Charles Blé Goudé devant la chambre d’appel de la Cour pénale internationale (CPI) n’a pas surpris Alassane Ouattara. Quarante-huit heures avant le délibéré, le président ivoirien avait en effet été informé par de proches collaborateurs que l’issue la plus vraisemblable était la relaxe de son adversaire politique.

Selon nos informations, ADO a alors fait passer un message à des émissaires : il n’est pas opposé à un retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire, qu’il envisage même « d’encadrer. »

Grâce ou amnistie ?

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte