Culture

De New York à Dubaï, la franco-marocaine Rita Chraïbi relooke l’immobilier

Mis à jour le 8 avril 2021 à 16:06

La designeuse d’intérieur franco-marocaine Rita Chraibi © International Designers

Ensemble d’appartements avec jardins intérieurs à Casablanca, projet immobilier de luxe à Miami, hôtel et résidences privées à Dubaï… La designeuse d’intérieur est aujourd’hui demandée aux quatre coins du monde.

« J’habille les intérieurs comme j’habillerais une femme », affirme Rita Chraïbi depuis Miami, où la designeuse a élu domicile il y a deux ans. À 47 ans, la Franco-Marocaine vit son rêve américain. Si sa grand-mère paternelle fut l’une des pionnières de la promotion immobilière du marché nord-africain et européen dans les années 1950, rien ne prédestinait cette native de Rabat à concevoir des projets immobiliers à l’international. Sa mère, professeur de philosophie, l’imagine devenir avocate. Mais Rita Chraïbi aspire à une carrière de styliste.

« Dans la mentalité marocaine, les filières artistiques ne sont pas valorisées. Je ne pouvais pas négocier auprès de mes parents, encore moins il y a trente ans, alors j’ai suivi un cursus de droit sans conviction », se souvient celle qui finira par créer sa première entreprise de compositions florales à Casablanca, à 21 ans seulement.

Femme d’affaires

Puis, c’est dans l’univers de la chocolaterie qu’elle se lancera en montant, peu de temps plus tard, la boutique Millésime, boulevard Anfa. Mais n’allez pas lui assigner le rôle d’entrepreneuse à succès. L’architecte d’intérieur, qui a obtenu en 2016 la certification Revit – l’un des logiciels les plus reconnus de la profession – aime rappeler sa passion première : la création. « Dans la chocolaterie, ce qui me plaisait n’était pas tant la partie management que celle passée en usine à concevoir des boîtes, se souvient-elle. Je dessinais les patrons des contenants avec la même approche qu’une styliste-modéliste ».

Avec 15 personnes qui travaillent aujourd’hui pour elle au Maroc et dans les succursales de sa compagnie, International Designers, installées à Casablanca, New York et à Miami, Rita Chraïbi a pourtant tout d’une femme d’affaires.

Si sa clientèle est majoritairement américaine, Rita Chraïbi se tourne aussi vers le Moyen-Orient

Si elle reste discrète sur le secret de son ascension, avec une clientèle qui ne cesse de s’étendre à l’international, c’est bien à Casablanca que tout a commencé. Dans les années 2010, Rita Chraïbi achète puis retape des immeubles, et parvient à se faire un nom dans le cercle très fermé des professionnels du secteur.

Haute couture et architecture

« Les Marocains sont très en avance en matière de construction immobilière et de savoir-faire, avec de très bons artisans, détaille-t-elle. On retrouvera bien sûr les salons traditionnels marocains, mais aussi beaucoup de modernité et des influences européennes héritées de la colonisation. Les Français ont amené des métiers, des forgerons ou des laqueurs passés par de prestigieuses écoles d’art comme Boule à Paris. »

Son premier projet immobilier, un ensemble de 305 appartements répartis sur huit immeubles avec jardins intérieurs, est situé en plein cœur de Casablanca. Mais le concept dont Rita Chraïbi semble la plus fière reste sans conteste la Terrasse Monad, à Miami Beach. Ce projet résidentiel de luxe – chaque appartement est estimé à plus de 6 millions de dollars (environ 5 millions d’euros) – a été conçu par l’architecte français de renommée internationale, Jean Nouvel.

 

Pour cet espace « élégant et simple », la créative a fait appel aux pièces décoratives de la collection Jean-Paul Gaultier pour Roche Bobois, leader mondial du mobilier haut de gamme. Jetés, ottomans, coussins griffés… autant d’éléments aux tonalités noires, contrastant avec le décor immaculé des salons.

Aujourd’hui, Rita Chraïbi a fait de l’alliage entre haute couture et architecture sa marque de fabrique. Elle aime ainsi rehausser intérieurs, villas résidentielles et appartements témoins à l’aide de mobilier, papier peint et étoffes signés de quelques références du secteur comme Hermès, Louis Vuitton, Kenzo, ou encore Christian Lacroix.

Si sa clientèle est aujourd’hui majoritairement américaine, Rita Chraïbi commence doucement à apporter sa touche au Moyen-Orient. Pour un prochain projet, l’ambitieuse prendra la direction de Dubaï, où elle s’attellera à sublimer un hôtel et des résidences privées, en partenariat avec un groupe local présent sur le marché industriel, hôtelier et immobilier.