Politique

Violences à Benghazi : Haftar perd-il le contrôle de ses forces ?

Réservé aux abonnés | | Par
Khalifa Haftar dans une vidéo diffusée le 28 avril 2020.

Khalifa Haftar dans une vidéo diffusée le 28 avril 2020. © LNA War Information Division/AFP

L’explosion des violences à Benghazi marque la perte de contrôle de Khalifa Haftar sur l’Armée nationale libyenne (ANL). Constituée par des alliances tribales et des milices, l’ANL se morcèle au moment où son patron est fragilisé.

Exactions, assassinats, enlèvements… la capitale de la Cyrénaïque, Benghazi, est en proie à une recrudescence de violences depuis mi-mars. Le 18 mars, une douzaine de corps criblés de balles ont été retrouvés dans la ville. Six jours plus tard, c’est Mahmoud al-Werfalli, haut-commandant au sein de l’Armée nationale libyenne (ANL) de Khalifa Haftar qui est assassiné dans sa voiture aux côtés de son cousin. Le 25 mars, Hanine al-Abdaly, fille de l’avocate Hanane Baraasi assassinée en pleine rue en novembre dernier à Benghazi, est enlevée. Cette dernière avait été accusée par le colonel Ali Madi, chef du parquet militaire de Benghazi lié à l’ANL d’être impliquée dans le meurtre de Werfalli avec Mohamed Abdeljalil Saad.

Effritement de l’ANL

Cette flambée de violences dans l’Est libyen échappe à la maîtrise du nouveau Gouvernement d’union nationale (GNU). Comme à celle de Khalifa Haftar, pourtant en charge de la sécurité de la région. Mais le maréchal a vu son autorité s’effriter après l’échec de son offensive contre Tripoli en juin 2020. Certains de ses alliés étrangers, comme l’Égypte, ont redéfini leur soutien tandis que le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a opté pour une sortie de crise politique. Malgré les images de manœuvres militaires de la brigade 106 diffusées le 29 mars, l’Armée nationale libyenne (ANL) de Khalifa Haftar, qui mêle anciens militaires et miliciens, semble se morceler.

Werfalli défiait le système Haftar à Benghazi. Mais il n’était guère le seul, loin de là

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte