Politique

[Chronique] Didier Raoult prophète en « son » Sénégal ?

|
Mis à jour le 01 avril 2021 à 12h15

Par  Damien Glez

Dessinateur et éditorialiste franco-burkinabè.

Damien Glez

© Damien Glez

Le 31 mars, le président Macky Sall a décoré Didier Raoult. Si le professeur français est né au Sénégal et que ses recommandations anti-Covid controversées y ont été suivies, cette distinction fait grincer quelques dents…

Les prophètes et leur pays : depuis le retour chahuté de Jésus à Nazareth, le manque de reconnaissance en sa patrie est bien souvent expérimentée. Et les Africains de reprocher régulièrement à leurs dirigeants de pleurer prioritairement les victimes occidentales du terrorisme ou de décorer plus volontiers les méritants venus de loin que les vertueux locaux.

Alors qu’un tweet de la présidence du Sénégal annonçait, ce mardi, que l’infectiologue français Didier Raoult venait d’être « élevé à la dignité de commandeur dans l’ordre national du Lion par le Président Macky Sall », le professeur sénégalais de philosophie Hady Ba s’étonnait qu’aucune médaille n’avait été accrochée aux blouses sénégalaises du professeur Moussa Seydi ou du docteur Abdoulaye Bousso, respectivement responsable de la prise en charge des malades atteints par le coronavirus et expert en gestion des urgences et catastrophes sanitaires…

« Complexe du colonisé all over again ! », concluait le twittos agacé. C’est pourtant bien au Sénégal qu’est né, en 1952, Didier Raoult, professeur de microbiologie à la faculté des sciences médicales et paramédicales de Marseille et à l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection (IHU).

« Meilleur ici qu’en France »

Et c’est bien au pays de la Teranga que les recommandations anti-Covid controversées de ce spécialiste français des maladies infectieuses ont été suivies, dès le début de la pandémie. Le 19 mars 2020, alors que des experts de l’Hexagone dénonçaient un « génie autoproclamé » qui n’incitait « pas à la confiance » et une « starification complètement irresponsable », le professeur Moussa Seydi administrait la chloroquine vantée par Raoult aux 100 premiers patients testés positifs au Covid-19 dans son pays.

Bien sûr, tous les avis sont dans la nature et ni la France ni l’Afrique n’offrent de position monolithique sur la star médicale marseillaise. Dès le 22 avril 2020, huit médecins africains, dans un collège de treize, publiaient dans la revue American Journal of Tropical Medicine and Hygiene une mise en garde contre une utilisation inappropriée, généralisée ou en automédication de l’association hydroxychloroquine-azithromycine en Afrique subsaharienne.

Didier Raoult a en tout cas profité de son séjour sénégalais pour tacler les empêcheurs de soigner en rond : « Le conseil scientifique est meilleur ici qu’en France », a-t-il assuré. Et des internautes sénégalais ont également pris sa défense, rappelant au philosophe Hady Ba que des « chercheurs, professeurs, hommes politiques sénégalais ont été décorés dans des pays étrangers ».

Patriotisme mal placé de certains twittos ou générosité exagérée de Macky Sall ? L’irrationalité est aussi un effet secondaire de la pandémie mondiale…

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer