Football

Libye-Tunisie : les Aigles de Carthage racontent leur séjour à Benghazi

Réservé aux abonnés | | Par
L’équipe nationale de football tunisienne chante l’hymne pendant le match de football de qualification pour la Coupe d’Afrique des Nations (AFCON) 2021 entre la Libye et la Tunisie dans la ville de Benghazi, dans l’est de la Libye, le 25 mars 2021.

L'équipe nationale de football tunisienne chante l'hymne pendant le match de football de qualification pour la Coupe d'Afrique des Nations (AFCON) 2021 entre la Libye et la Tunisie dans la ville de Benghazi, dans l'est de la Libye, le 25 mars 2021. © AFP

Des membres de la délégation tunisienne ont accepté de raconter à « Jeune Afrique » leur déplacement en Libye, où aucun match à domicile n’avait eu lieu depuis 2013. 

Un voyage-éclair, d’à peine deux jours, un match sans enjeu pour les Tunisiens, déjà qualifiés pour la prochaine Coupe d’Afrique des nations (CAN) depuis le mois de novembre, mais pas pour la Libye, qui abattait là sa dernière carte.

Surtout, une confrontation hautement symbolique, entre deux pays intimement liés. Et une ville – Benghazi – choisie pour accueillir les retrouvailles de la sélection libyenne avec les standards internationaux, près de huit ans après le dernier match à domicile, le 14 août 2013 face à la Centrafrique (0-0) en amical, à Tripoli.

Depuis, la Libye avait pris l’habitude de recevoir les équipes au Maroc, au Mali, en Tunisie ou en Égypte. « La Confédération africaine de football (CAF) avait estimé que la Libye était désormais en capacité d’organiser un match entre deux sélections. Nous n’avions formulé aucune objection, car la Libye est un pays frère. Et si elle va mieux, la Tunisie va mieux aussi. Nous avons simplement dit que nous préférions Benghazi à Tripoli, pour des raisons de facilité de déplacements et de sécurité. Nous avions envoyé, avant notre arrivée, des émissaires pour visiter l’hôtel, le stade et qu’ils nous rendent compte de l’ambiance sur place », précise Kaïs Raguez, le responsable de la communication de la Fédération tunisienne de football (FTF).

« L’impression d’être dans un film »

C’est à Benghazi, la frondeuse, qu’était née la révolution libyenne. C’est là, dans cette cité qui s’estimait ostensiblement méprisée par le pouvoir, que les Aigles de Carthage ont séjourné pendant deux jours, avec plus ou moins d’appréhension. « Quand j’ai appris que nous irions jouer en Libye, et notamment à Benghazi, j’ai été un peu surpris, car c’est un pays qui commence seulement à sortir d’une longue guerre, et où tout n’est pas réglé. La première chose à laquelle j’ai pensée, c’est la sécurité », admet le défenseur Oussama Haddadi, ancien capitaine du Club Africain et aujourd’hui joueur de Kasimpasa (Turquie).

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte