Cinéma

Du Bénin à Netflix, le succès du film espagnol « Adù »

| Par
Moustapha Oumarou dans le film « Adù »

Moustapha Oumarou dans le film « Adù » © Netflix

Tourné au Bénin avec l’actrice Bella Agossou et le jeune espoir Moustapha Oumarou, le film « Adù » a reçu quatre prix lors de la cérémonie des Goya en Espagne et est désormais disponible sur Netflix.

Six semaines. C’est à peu près le temps qu’a duré le tournage d’Adù sur les terres béninoises, de Grand Popo à Porto-Novo, en passant par Cotonou, Ganvié et la forêt d’Adjarra. Le film, qui a remporté quatre prix sur 13 nominations lors de la cérémonie espagnole des Goyas et est désormais disponible sur la plateforme Netflix, croise les destins de trois personnages tourmentés : un petit garçon de six ans prêt à tout pour rejoindre les côtes espagnoles, un père qui renoue difficilement les liens avec sa fille et un garde-côte rongé par le remords.

Si ce long-métrage sur l’immigration suscite beaucoup d’enthousiasme au Bénin, il aurait pourtant pu ne jamais nouer d’histoire avec le pays. Tout est parti d’un pari risqué de l’actrice d’origine béninoise Bella Agossou, vedette de télévision et de cinéma en Espagne. En 2018, alors qu’elle est sur le tournage d’un autre film en Ouganda, elle réussit à convaincre, sans aucune certitude, l’équipe de production d’Adù de choisir le Bénin pour tourner certaines scènes. À l’origine, celles-ci devaient être réalisées au Cameroun, où se déroule une partie de l’action du long-métrage.

 

Déjà retenue au casting, l’actrice endosse alors un nouveau rôle sur le projet, celui de médiatrice culturelle. Elle multiplie les missions au Bénin avec une partie de l’équipe de production. D’abord pour visiter les villes et les paysages pouvant servir de décor. Ensuite pour rencontrer les autorités afin d’obtenir les autorisations et les garanties nécessaires pour tourner.

Perle rare

C’est aussi Bella Agossou qui va aider à révéler à l’écran le jeune Moustapha Oumarou, perle rare dénichée dans les rues de Parakou (au centre du pays) pour interpréter le rôle d’Adù après un mois de casting vain à Cotonou. Partenaires à l’écran (Bella joue sa mère dans le film), elle est également chargée de l’entraîner à jouer. Un challenge pour l’équipe de réalisation. « C’était comme travailler avec des diamants à l’état brut », a confié le réalisateur, l’Espagnol Salvador Calvo.

Le réalisateur Salvador Calvo a pu compter sur près de 150 techniciens béninois

Moustapha Oumarou – surnommé « chef quartier » à Parakou – s’est révélé particulièrement efficace. Impressionnée par son jeu d’acteur, la production espagnole a même décidé de rebaptiser le film qui devait sortir sous le titre original Un mundo prohibido (« Un monde interdit »).

Attirer d’autres films

Le succès d’Adù aux Goya 2021 doit beaucoup au Bénin, à son décor et à son équipe. Si Salvador Calvo a délocalisé près d’une centaine de techniciens et d’acteurs espagnols pour les besoins du tournage, il a surtout compté sur près de 150 techniciens béninois coordonnés par Claude Balogoun, le directeur de Gangan Productions. En participant à ce projet, « le Bénin a gagné une grosse expérience », estime ce dernier, également co-producteur délégué du film.

Quant à Bella Agossou, elle voit dans le succès d’Adù les prémices de la réalisation du rêve cinématographique qu’elle nourrit pour le Bénin, celui de faire de ses terres d’origine un grand lieu de tournage à ciel ouvert. « Il faut faire en sorte que d’autres professionnels viennent ici et que le Bénin puisse devenir le plateau de tournage d’autres films », défend-t-elle. L’actrice est d’ailleurs déjà en piste pour attirer d’autres productions internationales au Bénin.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer