Politique

Algérie : qui sont les activistes que la justice veut faire extrader pour terrorisme et blanchiment d’argent ?

Réservé aux abonnés | | Par
Belkacem Zeghmati, en 2013, à Alger, alors qu’il instruit l’affaire Sonatrach 2.

Belkacem Zeghmati, en 2013, à Alger, alors qu’il instruit l’affaire Sonatrach 2. © AMIR/NEWPRESS/SIPA PRESS

En début de semaine, Alger a émis quatre mandats d’arrêts internationaux contre des Algériens établis à l’étranger. Qui sont-ils ? Pourquoi inquiètent-ils le pouvoir ? Les demandes algériennes ont-elles une chance d’aboutir ? Éléments de réponse.

Hasard du calendrier politique ou opération concertée, l’annonce a de quoi réjouir le Garde des Sceaux algérien, Belkacem Zeghmati. Lundi 22 mars, le président français Emmanuel Macron promulgue la nouvelle convention d’extradition entre la France et l’Algérie que les deux parties avaient conclue en janvier 2019.

Cette convention, qui a nécessité six ans de négociations, met en place une coopération renforcée et plus efficace entre Alger et Paris en matière de lutte contre la criminalité, conduisant à la remise effective et plus rapide de personnes recherchées afin de les poursuivre ou de faire exécuter leur peine d’emprisonnement.

Selon l’article 4 de ce texte, les infractions exclusivement militaires, les infractions politiques ou connexes à des infractions politiques sont des motifs obligatoires de refus d’extradition. L’attentat à la vie ou à l’intégrité physique d’un chef d’État ou d’un membre de sa famille et les infractions à caractère terroriste ne rentrent pas dans le champ politique. En vertu d’un accord bilatéral, les deux parties ont obligation de soumettre le cas à leurs autorités compétentes pour décider des poursuites ou d’accorder l’extradition.

À point nommé

La promulgation de cette convention tombe à point nommé pour la justice algérienne qui a lancé, le 21 mars, quatre mandats d’arrêts internationaux à l’encontre de quatre personnes que le tribunal d’Alger accuse d’appartenir à un groupe terroriste. Il s’agit de Mohamed Larbi Zitout, résidant au Royaume-Uni, Amir Boukhors, blogueur connu sous le nom d’« Amir DZ » et de Hichem Aboud, journaliste et ancien sous-officier des services algériens, tous deux établis en France. La quatrième personne recherchée est Mohamed Abdellah, ancien gendarme qui vit à Alicante.

La promulgation de cette convention tombe à point nommé pour la justice algérienne qui a lancé, le 21 mars, quatre mandats d’arrêts internationaux

Ex-caméraman opérant sur un hélicoptère le long des frontières algéro-tunisiennes, Abdellah réside clandestinement dans cette ville du sud d’Espagne. Sur sa chaîne YouTube et son compte Facebook, il publie régulièrement des vidéos pour fustiger le pouvoir algérien.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte