Politique

Nouveau gouvernement en Côte d’Ivoire : le profil de la future équipe se dessine  

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 25 mars 2021 à 05h03
Alassane Ouattara, lors du conseil des ministres du 30 décembre 2020.

Alassane Ouattara, lors du conseil des ministres du 30 décembre 2020. © DR / Présidence Côte d'Ivoire

La composition du prochain gouvernement d’Alassane Ouattara doit être dévoilée dans les jours qui viennent. Mais déjà, les noms de certaines personnalités sont cités avec insistance.

Tous le reconnaissent : la mort brutale de Hamed Bakayoko, le 10 mars, a profondément secoué l’échiquier politique ivoirien. Mais comme l’explique une figure du gouvernement à la sortie du deuil national de sept jours décrété en l’honneur de l’ancien Premier ministre, « la vie doit désormais reprendre son cours ». Et pour les ministres et autres cadres du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), celle-ci dépendra grandement de leur présence ou non dans le futur gouvernement, dont la composition est attendue dans les jours à venir.

Les spéculations vont bon train, mais les grandes lignes de la prochaine équipe gouvernementale se dessinent. L’effectif devrait déjà être réduit. Avec 41 ministres et six secrétaires d’État, le gouvernement sortant est en effet l’un des plus pléthoriques que le pays ait connu ces dernières années. « Ce gouvernement était notamment guidé par des intérêts électoraux, avec le souci d’y faire figurer des représentants de chaque région du pays, explique une source diplomatique à Abidjan. Mais sur le plan purement administratif, cela n’avait pas beaucoup de sens. Beaucoup de ministères faisaient doublons. »

Renouvellement générationnel

Une équipe réduite, donc, mais aussi rajeunie. Comme il l’a plusieurs fois répété depuis sa réélection, en octobre 2020, le chef de l’État entend amorcer un renouvellement générationnel. Avant d’être terrassé par un cancer foudroyant à 56 ans, Hamed Bakayoko avait lui aussi exprimé ce souhait de rajeunir l’exécutif. Peu de ministres dans la soixantaine ou plus, avec l’idée de faire la place belle aux « jeunes » – entendez les moins de soixante ans.

Que faire des poids lourds de sa majorité s’il les écarte du gouvernement ?

Les ministres quadragénaires déjà en place et ayant donné satisfaction durant le dernier mandat pourraient ainsi être appelés à occuper de plus hautes fonctions, à l’instar d’Abdourahmane Cissé, ministre du Pétrole et de l’Énergie, de Mamadou Touré, ministre de la Promotion de la jeunesse, ou encore de Myss Belmonde Dogo, secrétaire d’État auprès du ministre de la Femme et de la Famille. « Le président a clairement dit qu’il comptait rajeunir son équipe après les élections. Mais cela est parfois plus facile à dire qu’à faire. Certains ministres “âgés” gardent une vraie influence », glisse un membre du gouvernement.

Voilà un des casse-tête du remaniement à venir pour Alassane Ouattara : que faire des poids lourds de sa majorité s’il les écarte du gouvernement ? Il faudra donner à certains des compensations pour ne pas leur donner l’impression qu’ils sont mis sur la touche et éviter de se les mettre à dos.

Plusieurs pistes s’offrent au chef de l’État, notamment à travers les différentes institutions. Les postes de vice-président et de président du Conseil économique, social, environnemental et culturel (Cesec) sont toujours vacants.

Les présidents du Sénat, Jeannot Ahoussou-Kouadio, et celui de l’Assemblée nationale, Amadou Soumahoro, pourraient aussi être remplacés – même si ce dernier fait activement campagne pour son maintien au perchoir. Idem pour Henriette Diabaté à la tête de la Grande chancellerie. Il faudra aussi trouver un successeur à Hamed Bakayoko à la mairie d’Abobo, bastion stratégique du RHDP à Abidjan.

Un gouvernement d’ouverture ?

Pour l’aider à faire le tri, Alassane Ouattara pourra s’appuyer sur les résultats de ses ministres aux législatives. Avant les élections, la règle (implicite) était connue de tous : pour rester au gouvernement, mieux valait être élu député et oint de la légitimité populaire. Sur la trentaine de ministres et secrétaires d’État, huit ont perdu. Seront-ils forcément absents de la liste ? « Ce n’est pas garanti, répond un ministre élu. Certains ne l’ont pas emporté mais ont permis des percées du RHDP dans des régions qui ne nous sont pas favorables. Il y a aussi ceux qui n’étaient pas candidats mais qui ont fait du bon boulot dans leur ministère. »

Ouattara a intérêt à ouvrir son équipe à l’opposition et à la société civile

Autre question : ce gouvernement sera-t-il celui de l’ouverture, comme le président l’avait laissé entendre après sa réélection pour un troisième mandat ? « Ouattara a intérêt à ouvrir son équipe à l’opposition et à la société civile pour montrer qu’il tient son engagement d’apaisement. Mais va-t-il vraiment le faire ? Difficile de le savoir », s’interroge un opposant.

En décembre, la reprise du dialogue politique entre la majorité et l’opposition avait permis de faire retomber la tension et avait abouti à des élections législatives apaisées, le 6 mars. Les trois principaux partis politiques du pays – RHDP, Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et Front populaire ivoirien (FPI) – ont tous participé à ce scrutin, ce qui n’était plus arrivé depuis dix ans.

En parallèle, Kouadio Konan Bertin, seul candidat à s’être présenté face à Alassane Ouattara à la présidentielle du 31 octobre, a été nommé ministre de la Réconciliation nationale mi-décembre. Le maintenir à son poste ou lui confier un portefeuille plus prestigieux pourrait être perçu comme un signe d’ouverture à moindre frais.

Reste maintenant à savoir si des figures de l’opposition pourraient intégrer le gouvernement et si oui, lesquelles. Beaucoup ne seraient pas surpris de voir un Pascal Affi N’Guessan (le président du FPI légalement reconnu) ou d’autres opposants réputés modérés intégrer l’exécutif. Mais des nominations de cadres PDCI ou du FPI-pro Laurent Gbagbo paraissent plus improbables – et seraient, si elles se réalisent, perçues comme de belles prises politiques du président.

Qui pour succéder à Hamed Bakayoko ?

Reste quelques cas précis qui seront scrutés de près. À commencer par le poste de Premier ministre : l’intérim est assuré par Patrick Achi. Secrétaire général de la présidence avec rang de ministre d’État, le nouveau député d’Adzopé, qui n’a cessé de prendre de l’ampleur dans le dispositif de Ouattara ces derniers mois, fait figure de favori. « Je ne vois pas ce qui pourrait jouer contre lui, confie un ministre. C’est lui qui a conçu le programme de gouvernement, c’est lui qui a été choisi pour assurer l’intérim d’Hamed Bakayoko… »

Autre « intérimaire » qui pourrait se voir confirmé : Téné Birahima Ouattara, le frère cadet du président, choisi pour remplacer « Hambak » à la tête du ministère de la Défense durant son absence. Très au fait des dossiers militaires et sécuritaires, « Photocopie », qui était auparavant ministre des Affaires présidentielles, pourrait être maintenu à son poste. Mais les critiques seraient nombreuses. « Ce serait trop gros de le laisser à la Défense, dénonce déjà un opposant. Il n’est là que parce que son frère est président. Ce serait du népotisme déplacé, on frôlerait l’abus de pouvoir. »

Enfin, plusieurs autres intimes de Ouattara pourraient faire leur entrée au gouvernement ou être appelés à occuper de hautes fonctions. Adama Bictogo, le secrétaire exécutif du RHDP, devrait prendre la tête d’un important ministère ou monter au perchoir de l’Assemblée nationale, ce qui ferait de lui le troisième personnage de l’État. Fidèle Sarassoro, le directeur de cabinet du président, devrait lui aussi être appelé à occuper un rôle de premier plan. Quant à Jean-Claude Kassi Brou, le président de la commission de la Cedeao, beaucoup l’annoncent bientôt de retour à Abidjan.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer