Politique

Assassinat de Thomas Sankara : enfin un procès ?

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 19 mars 2021 à 18h28
Détail d’une sérigraphie à l’effigie de Thomas Sankara.

Détail d'une sérigraphie à l'effigie de Thomas Sankara. © Photo : Sophie Garcia / HansLucas

Après plus de trente ans d’attente, l’espoir de voir se tenir le procès sur l’assassinat de l’ancien président burkinabè renaît aujourd’hui. La question de la présence de Blaise Compaoré, l’ancien président qui vit toujours en exil, reste cependant en suspens.

C’était il y a plus de 33 ans. Trois décennies durant lesquelles sa famille, mais aussi nombre de Burkinabè pour lesquels Thomas Sankara demeure une icône, n’ont cessé de réclamer que justice soit faite. Le 15 octobre 1987, le leader de la révolution et douze de ses compagnons étaient criblés de balle par un commando au Conseil de l’Entente, l’épicentre du pouvoir sankariste à Ouagadougou. Un crime sanglant devenu affaire d’État, enterré par le régime de Blaise Compaoré qui a succédé à son ancien camarade à la tête du pays. Après la chute de l’ex-« homme fort » de Ouaga, renversé par une insurrection populaire fin 2014, les autorités de transition avaient rouvert l’enquête judiciaire dans ce dossier aussi sensible que symbolique.

Depuis, la perspective d’un procès pour solder cette page sombre de l’histoire nationale est dans toutes les têtes. Régulièrement évoqué, sans cesse repoussé, ce procès n’a cessé d’alimenter la chronique. Mais après des années de procédure et des centaines d’auditions, sa tenue n’a jamais semblé si proche. Le juge d’instruction en charge de l’affaire au tribunal militaire de Ouagadougou a bouclé son enquête fin 2020. Et en janvier s’est tenue l’audience de confirmation des charges contre les inculpés, dont le délibéré est attendu pour le 12 avril. « Concrètement, on connaitra à cette date les charges retenues contre les différents accusés. Ensuite, le procureur du tribunal n’aura plus qu’à fixer une date d’audience pour le début du procès », explique une source judiciaire.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte