Politique économique

Brexit : « Le Royaume-Uni est désormais libre de déterminer ses relations économiques avec l’Afrique »

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 23 mars 2021 à 09h42
Emma Wade-Smith

Emma Wade-Smith © trade.gov.uk

À l’heure du Brexit et de la pandémie de Covid-19, Emma Wade-Smith, première commissaire pour le commerce jamais nommé au Royaume-Uni pour gérer les relations avec l’Afrique, se veut optimiste sur l’évolution des échanges entre Londres et le continent.

Emma Wade-Smith est la première Commissaire au commerce jamais nommé au Royaume-Uni pour l’Afrique. Avant sa prise de fonctions, en juin 2018, cette diplomate de carrière a occupé de nombreux postes au sein du Foreign Office, le ministère britannique des Affaires étrangères, à Londres, ainsi qu’au sein de différentes ambassades, aux États-Unis, au Mexique et au Chili.

À partir de 2016, elle travaille en Afrique du Sud en tant que directrice du commerce pour l’Afrique australe et participe l’année suivante à la mise en place de l’équipe panafricaine au sein du Department for International Trade (DIT).

Nommée officier de l’Ordre de l’Empire britannique par la reine Elisabeth II pour avoir géré la cellule de crise du Foreign Office, Emma Wade-Smith revient sur l’évolution des relations commerciales entre son pays et l’Afrique, à l’heure du Brexit et du Covid-19.

Jeune Afrique : Comment qualifiez-vous les relations commerciales entre l’Afrique et le Royaume-Uni ?

Emma Wade-Smith : Nous partageons ensemble une longue histoire économique, reposant sur les nombreuses entreprises britanniques qui, au fil des décennies, ont permis la création de plusieurs milliers d’emplois à travers le continent. Le Royaume-Uni reste aujourd’hui encore l’un des investisseurs étrangers les plus importants en Afrique et l’un de ses partenaires commerciaux les plus significatifs.

La demande de biens et de services en provenance du Royaume-Uni reste également très forte auprès des acheteurs africains. Notre engagement aux côtés du continent a été publiquement confirmé lors du Sommet Royaume-Uni–Afrique de janvier 2020, lorsque le Premier ministre, Boris Johnson, a déclaré que notre pays voulait devenir un partenaire économique de premier plan en Afrique.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte