Politique

Algérie : Farid Zinedine Bencheikh, un homme de lettres à la tête de la sûreté nationale

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 17 mars 2021 à 16h22
Farid Bencheikh, à la tête de la direction générale de la sureté nationale (DGSN).

Farid Bencheikh, à la tête de la direction générale de la sureté nationale (DGSN). © DR

Criminologue, auteur de plusieurs ouvrages sur le terrorisme et le crime organisé, le nouveau patron de la Direction générale de la sureté nationale (DGSN) présente un profil plutôt atypique par rapport à ses prédécesseurs.

En Algérie, le poste de directeur général de la sureté nationale est un siège hautement éjectable. Khalifa Ounissi, qui l’occupait depuis août 2019, vient d’en faire l’expérience, en se faisant débarquer sans ménagement au profit de Farid Zinedine Bencheikh.

Inspecteur régional de la région Centre de la sûreté nationale depuis septembre 2019, Bencheikh a été installé le 16 mars dans ses nouvelles fonctions en présence de son prédécesseur. Au cours de son allocution à l’occasion de l’installation du nouveau patron de la Direction générale de la sureté nationale (DGSN), le ministre de l’Intérieur a expliqué, sans ironie, que le remplacement de Khalifa Ounissi intervient en « consécration de l’alternance aux postes de responsabilité ».

Série de limogeages

Plus que l’alternance, cette institution a connu une succession de turbulences et de turn-over au cours des trois dernières années dans un contexte politique et sécuritaire marqué par les marches et les manifestations des Algériens pour réclamer la fin du système.

Khalifa Ounissi est ainsi le quatrième patron de la police à être limogé en moins de trois ans, après Abdelkader Kara Bouhadba, qui n’est resté en poste que sept mois – entre février et août 2019 -, avant d’être remercié au lendemain du concert à Alger du chanteur Soolking, en marge duquel une bousculade a fait cinq morts. Abdelkader Kara Bouhadba avait lui-même pris la place de Mustapha Lahbiri, au cœur de la contestation populaire contre le cinquième mandat du président Bouteflika, chassé du pouvoir en avril 2019.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte