Politique

Sénégal : « Cette jeunesse qui se soulève, c’est celle qui a porté Macky Sall au pouvoir en 2012 »

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 17 mars 2021 à 12h44
Des manifestants font face aux forces de l’ordre, le 8 mars à Dakar.

Des manifestants font face aux forces de l'ordre, le 8 mars à Dakar. © Leo Correa/AP/SIPA

Coordonnateur de Y’en a marre, mouvement de la société civile qui compte parmi les acteurs de la contestation au Sénégal, Aliou Sané livre son analyse des évènements qui ont secoué le pays. Pour lui, l’arrestation de l’opposant Ousmane Sonko n’a été qu’une « étincelle ».

En 2011, ils avaient entraîné dans leur sillon des milliers de Sénégalais pour s’opposer à un troisième mandat du président Abdoulaye Wade. Depuis l’arrestation d’Ousmane Sonko, le 3 mars dernier – l’opposant, toujours visé par une plainte pour viol, a depuis été libéré et placé sous contrôle judiciaire –, Y’en a marre bat de nouveau le pavé et se positionne comme l’un des acteurs de la contestation. Les membres fondateurs du Mouvement pour la défense de la démocratie (M2D) organisent la mobilisation aux côtés du leader du Pastef, de plusieurs partis d’opposition et de membres de la société civile.

Aliou Sané, coordonnateur du mouvement depuis 2019, revient pour Jeune Afrique sur l’embrasement qu’a connu le pays, son intensité et le rôle qu’entend jouer Y’en a marre dans la contestation.

Jeune Afrique : Qu’est-ce qui explique, selon vous, l’ampleur inédite des manifestations qui ont suivi l’incarcération d’Ousmane Sonko ?

Aliou Sané : L’affaire Ousmane Sonko n’a été qu’une étincelle et a suscité un sentiment d’injustice chez ses partisans, mais aussi chez des citoyens qui ne sont d’aucun bord, comme c’est le cas des membres de Y’en a marre. De nombreux Sénégalais craignent de voir leur pays se diriger vers une démocratie de façade, sans opposition. Mais les récents événements sont aussi l’expression du ras-le-bol d’une jeunesse enragée. Sous Macky Sall, l’espace civique a été extrêmement restreint, avec de nombreuses marches pacifiques interdites, des cadres d’expression supprimés.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte