Politique

RDC – Botswana : duel diplomatique entre Félix Tshisekedi et Mokgweetsi Masisi

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 15 mars 2021 à 16:22

Arrivée du président du Botswana, Mokgweetsi Masisi, à Kinshasa, le 15 mars 2021

Le président du Botswana est en « visite de travail » à Kinshasa, où il est arrivé ce 15 mars. Il est venu régler un différend avec son homologue congolais. 

Selon nos informations, Mokgweetsi Masisi souhaite dégager un consensus avec Félix Tshisekedi autour du candidat au poste de secrétaire exécutif de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), dont l’élection aura lieu en août. Seuls leurs deux pays ont statutairement droit, cette année, de présenter des candidatures. Le Botswanais tente de persuader son homologue de retirer celle de Faustin Luanga Mukela.

Difficultés financières

Actuellement en Suisse, ce haut fonctionnaire de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) devrait arriver à Kinshasa en avril pour se lancer dans des actions de lobbying. Sauf qu’aucune organisation n’a, jusqu’ici, été mise en place au sein de la présidence afin de gérer sa campagne. Et que les Congolais font face à plusieurs difficultés, notamment financières : ils accusent un retard dans leur cotisation à la SADC de 3 millions de dollars, alors que les Botswanais sont en règle.

La RDC est par ailleurs considérée comme étant géographiquement et diplomatiquement en périphérie de la SADC. Si Félix Tshisekedi a demandé aux pays membres un appui dans le cadre d’une coalition régionale pour lutter contre les ADF (groupe armé d’origine ougandaise qui sévit à Beni), il n’a pas encore ratifié le Protocole de défense mutuelle de la Communauté. La SADC estime en outre que cette question de sécurité devrait être gérée par la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL).

Autre argument en sa défaveur, la RDC n’a pas de permanence au siège de la SADC situé à Gaborone, au Bostwana. Elle y est en effet représentée par sa mission diplomatique en Afrique du Sud.

Pour se relancer dans la bataille diplomatique, Kinshasa doit tenter de mobiliser en sa faveur l’Afrique du Sud, première puissance au sein de la SADC, le Mozambique, actuellement à la tête de cette organisation, ainsi que ses trois voisins membres de la Communauté, à savoir l’Angola, la Tanzanie et la Zambie. Mais Kinshasa entretient des relations en dents de scie avec la plupart de ces pays.