Politique

Bénin : le quotidien de Reckya Madougou en détention

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 16 mars 2021 à 09h20
Reckya Madougou, à Paris, en juin 2015.

Reckya Madougou, à Paris, en juin 2015. © Vincent Fournier/JA

L’ex-ministre, dont la candidature à la présidentielle du 11 avril prochain face à Patrice Talon a été invalidée, est en détention provisoire depuis le 5 mars pour « financement du terrorisme ».

À la prison civile de Missérété, elle où a été transférée le 5 mars après avoir été inculpée pour « financement du terrorisme » par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), Reckya Madougou a vu ses conditions de détention évoluer après avoir pu rencontrer le 8 mars ses avocats béninois. Soumise au départ à un régime extrêmement strict, elle s’était notamment vu interdire de recevoir les repas apportés par sa mère, Thérèse Aledji Sadia, seule personne autorisée pour l’heure – avec ses conseils – à lui rendre visite.

Colis et activité physique

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte