Politique

Algérie – Mohamed Hennad : « La mission du Hirak n’est pas de dégager un plan de transition »

Réservé aux abonnés | | Par - à Alger
Manifestation à Alger à l’occasion du 2e anniversaire du Hirak, le 12 mars 2021.

Manifestation à Alger à l'occasion du 2e anniversaire du Hirak, le 12 mars 2021. © Mousaab Rouibi/Anadolu Agency via AFP

Alors que les marches de contestation du pouvoir ont repris en Algérie, des questions demeurent sur l’avenir du mouvement : quel mot d’ordre ? Quelle feuille de route ? Comment imposer les revendications ? Quid des islamistes ? Éléments de réponse avec le politologue algérien Mohamed Hennad.

Depuis le 22 février, l’Algérie a renoué avec les manifestations, à l’occasion du deuxième anniversaire du Hirak qui a mené à la fin de la présidence d’Abdelaziz Bouteflika. Le politologue Mohamed Hennad analyse pour Jeune Afrique ce come-back après une année de suspension des marches en raison de la pandémie du Covid-19, les nouveaux slogans et revendications et évoque les scénarios possibles du duel entre le pouvoir et la population.

Jeune Afrique : Comment décryptez-vous le retour du Hirak ?

Mohamed Hennad : Pour la deuxième fois, le Hirak étonne ! Rappelons combien étaient peu nombreux ceux qui avaient cru à la marche historique du 22 février 2019. Elle fut finalement un succès total. Les slogans qu’on entendait ont fait tomber le mur de la peur. Au point que, pour la première fois, nous avons pu voir des manifestants piétiner le portrait du président. La reprise du Hirak – à l’occasion de la célébration de son deuxième anniversaire – a tout autant étonné dans un contexte de dépression généralisée et malgré la situation sanitaire.

« La mission du Hirak consiste à exprimer des exigences politiques fondamentales : à charge pour le pouvoir et les différentes forces politiques du pays de les concrétiser »

L’ampleur que les marches sont en train de prendre signifie clairement que les choses n’ont pas changé depuis deux ans, et du côté du pouvoir et du côté de la détermination des manifestants. Le pouvoir continue de pratiquer la politique du fait accompli avec un président très mal élu, une réforme constitutionnelle imposée, et un « Appel de la patrie » [une coalition d’ »associations » agréée par le pouvoir dans la perspective des législatives de juin 2021] digne des plus belles années du soviétisme. La notion d’« État profond » prend tout son sens avec ces évolutions !

Quid des nouveaux slogans et chants des manifestants ?

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte