Diplomatie

L’Égypte rejette les accusations d’atteintes aux droits humains portées à l’ONU

| Par Jeune Afrique avec AFP
Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, le 24 octobre 2017 à Paris.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, le 24 octobre 2017 à Paris. © Charles Platiau/AP/SIPA

Le Parlement et le Sénat égyptiens ont rejeté en bloc samedi les accusations de violations des droits humains portées la veille par 31 pays contre Le Caire au Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, première condamnation internationale de cette envergure depuis 2014.

« Aucun avocat, journaliste (…) ou militant des droits de l’Homme n’est détenu à moins d’avoir commis un crime justifiant les actions prises contre lui, via un procès ou une enquête juste conduite par (un pouvoir) judiciaire totalement indépendant de l’exécutif », a affirmé le Sénat égyptien dans un communiqué.

Menés par la Finlande, 31 pays – dont la France et les États-Unis – ont appelé vendredi l’Égypte à cesser d’abuser de sa législation antiterroriste pour museler les opposants au régime, les défenseurs des droits et les journalistes et pour maintenir indéfiniment les voix critiques en détention préventive, dans une déclaration auprès des Nations unies à Genève.

« L’État égyptien a uniquement utilisé des lois antiterroristes contre ceux qui ont commis des crimes terroristes, tels que reconnus universellement », a surenchéri le Sénat, critiquant une déclaration qui « traite les dossiers évoqués de manière superficielle ». De leur côté, les députés du Parlement ont appelé les pays signataires à ne pas se poser en « gardiens » de l’Égypte ou à « politiser des questions de droits humains à des fins électorales ».

« Le monde ne fermera plus les yeux »

Utilisant des arguments souvent employés par le président Abdel Fattah al-Sissi, le Parlement a regretté que le Conseil onusien ne se soit pas penché sur « les efforts déployés par l’Égypte pour maintenir la sécurité et la stabilité non seulement à l’intérieur (du pays) mais aussi dans la région (…) et pour améliorer le niveau de vie des citoyens égyptiens ».

Depuis la destitution du président islamiste Mohamed Morsi par l’armée en 2013 et l’arrivée au pouvoir l’année suivante d’Abdel Fattah al-Sissi, une répression croissante s’est abattue sur toute forme d’opposition, islamiste ou libérale. Selon des ONG, l’Égypte compte plus de 60 000 détenus d’opinion.

Dès vendredi, le pays avait rejeté toutes les accusations, affirmant dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères que la déclaration commune contenait « des informations erronées ». Première condamnation internationale de cette envergure depuis 2014, elle « est un message clair à destination des autorités égyptiennes signifiant que le monde ne fermera plus les yeux », avait alors estimé Kevin Whelan, représentant d’Amnesty international à Genève.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer