Politique

Guerre de succession chez les Obiang : le frère de la première dame de nouveau visé par un mandat d’arrêt

La justice espagnole a réactivé le mandat délivré contre Cándido Nsue Okomo, soupçonné de s’être offert à Madrid les services d’un ancien policier pour enquêter sur Gabriel Mbega Obiang Lima. 

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 12 mars 2021 à 10:50

Constancia Mangue Nsue Okomo, la première dame équato-guinéenne, le 29 octobre 2011 à Malabo. © VOISHMEL/AFP

Ils étaient attendus le 9 mars à 10 heures dans le bureau de Manuel García-Castellón, le juge d’instruction espagnol chargé de l’affaire Villarejo. Mais Cándido Nsue Okomo et son collaborateur Crispín Edu Tomo n’ont pas comparu devant le magistrat de la Cour nationale qui veut les auditionner sur les raisons qui les ont poussés à recourir aux services du commissaire à la retraite José Villarejo.

Surveillance et recherche d’informations

L’ancien directeur général de la compagnie nationale GEPetrol aurait payé ce dernier 5,3 millions d’euros pour une mission (« Project King ») consistant à surveiller et à rechercher des informations compromettantes sur Gabriel Mbega Obiang Lima, ministre des Mines et des Hydrocarbures et fils de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo et de sa seconde épouse.

À Lire Guerre de succession chez les Obiang : ce que la justice espagnole reproche au frère de la première dame

Madrid, qui le soupçonne également de blanchiment et de détournement de deniers publics, avait auparavant émis une commission rogatoire internationale afin de demander une perquisition. Cándido Nsué Okomo et Crispín Edu Tomo, qui fut le directeur du marketing de GEPetrol, avaient pourtant assuré au juge qu’ils se présenteraient en personne, en échange de quoi le magistrat leur avait promis qu’il lèverait le mandat d’arrêt délivré contre eux. Les témoins n’ayant pas tenu parole, le juge d’instruction a ordonné à la police de le réactiver.

À Lire Succession chez les Obiang : comment Constancia Mangue met ses réseaux au service de son fils Teodorín

La guerre de succession fait rage entre les deux branches rivales de la famille présidentielle, à savoir le clan de la première dame Constancia Mangue Nsue Okomo d’une part, qui soutient activement le fils de celle-ci, Teodoro Nguema Obiang Mangue, dit « Teodorín », et, d’autre part, celui de Gabriel Mbega Obiang Lima et de l’autre partie de la famille, dont fait partie Armengol Ondo Nguema, le très influent jeune frère du président.