Politique

Guerre de succession chez les Obiang : le frère de la première dame de nouveau visé par un mandat d’arrêt

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Constancia Mangue Nsue Okomo, la première dame équato-guinéenne, le 29 octobre 2011 à Malabo.

Constancia Mangue Nsue Okomo, la première dame équato-guinéenne, le 29 octobre 2011 à Malabo. © VOISHMEL/AFP

La justice espagnole a réactivé le mandat délivré contre Cándido Nsue Okomo, soupçonné de s’être offert à Madrid les services d’un ancien policier pour enquêter sur Gabriel Mbega Obiang Lima. 

Ils étaient attendus le 9 mars à 10 heures dans le bureau de Manuel García-Castellón, le juge d’instruction espagnol chargé de l’affaire Villarejo. Mais Cándido Nsue Okomo et son collaborateur Crispín Edu Tomo n’ont pas comparu devant le magistrat de la Cour nationale qui veut les auditionner sur les raisons qui les ont poussés à recourir aux services du commissaire à la retraite José Villarejo.

Surveillance et recherche d’informations

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte