Politique

Les cent jours de Kaboré II : ce que les Burkinabè attendent de leur président

Réservé aux abonnés | | Par - à Ouagadougou
Mis à jour le 06 avril 2021 à 15h59
Roch Marc Christian Kaboré lors de son dernier meeting de campagne avant la présidentielle, à Ouagadougou, le 20 novembre 2020.

Roch Marc Christian Kaboré lors de son dernier meeting de campagne avant la présidentielle, à Ouagadougou, le 20 novembre 2020. © Irène De Rosen / Hans Lucas

Retour de la sécurité, des déplacés, de Blaise Compaoré… Trois mois après le début de son second mandat, Roch Marc Christian Kaboré sait ce que ses concitoyens attendent de lui. Et il est déjà sur tous les fronts. À commencer par celui de la réconciliation et de la stabilité.

Le président Kaboré réélu en novembre 2020 aborde son second et dernier mandat – selon la Constitution – avec beaucoup de détermination. « Le président du Faso veut laisser une marque dans l’histoire. Il entend léguer une nation prospère et réconciliée avec elle-même », souligne Thierry Hot, conseiller spécial de Roch Marc Christian Kaboré.

Ce dernier est donc attendu en premier lieu sur le terrain de la réconciliation. Pour engager le processus, il a mandaté l’ex-chef de file de l’opposition, Zéphirin Diabré, qu’il a nommé, le 10 janvier, ministre d’État auprès de la présidence, chargé de la Réconciliation nationale et de la Cohésion sociale. « La réconciliation est une priorité. Le président s’est exprimé sur la question et sa philosophie n’a pas changé, elle repose sur le triptyque : vérité, justice et réconciliation », poursuit l’ancien journaliste.

Non à la comédie institutionnelle

Réputé consensuel, Roch Marc Christian Kaboré échange régulièrement, depuis son investiture fin décembre, avec le nouveau chef de file de l’opposition, Eddie Komboïgo, président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), pour requérir son avis. Quant au ministre Zéphirin Diabré, il multiplie les entretiens avec les leaders communautaires et religieux, certains observateurs allant jusqu’à supposer qu’il pourrait envisager d’organiser un entretien entre Roch Marc Christian Kaboré et Blaise Compaoré.

Il faut que Blaise Compaoré vienne courageusement se mettre à la disposition de la justice

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte