Start-up

Maroc, Tunisie, Égypte : Flutterwave, nouvelle licorne nigériane, se tourne vers l’Afrique du Nord

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 10 mars 2021 à 15h34
Gbenga Agboola© Flutterwave

Gbenga Agboola© Flutterwave © Gbenga Agboola © Flutterwave

Après sa levée de 170 millions de dollars, la fintech nigériane compte étendre son réseau de traitement des paiements en Afrique du Nord, et n’exclut pas d’y assurer aussi une présence physique.

En récoltant 170 millions de dollars lors d’une levée de fonds de série C, la société nigériane de traitement de paiements Flutterwave a annoncé que la valorisation de l’entreprise a passé le cap symbolique du milliard de dollars, qui fait d’elle une licorne africaine, la troisième du secteur financier après sa compatriote Interswitch et l’égyptienne Fawry.

Cette nouvelle manne, collectée auprès d’investisseurs tels que Avenir Growth Capital et Tiger Global, va notamment permettre à l’entreprise d’étendre son réseau de paiements à l’Égypte, au Maroc et à la Tunisie d’ici le milieu du deuxième trimestre, a expliqué son directeur général, Olugbenga Agboola, à The Africa Report/Jeune Afrique.

Selon Mordor Intelligence, le marché des paiements numériques en Afrique du Nord et au Moyen-Orient devrait croître à un taux annuel composé de 13,3 % jusqu’en 2026, grâce à la téléphonie mobile et à l’internet. Il est « crucial pour la région de disposer d’une infrastructure sous-jacente en temps réel pour permettre ces paiements », déclare Mordor.

Effectuer et accepter des paiements dans le monde entier

Olugbenga Agboola, qui n’exclut pas une présence physique de l’entreprise en Afrique du Nord, vise aussi à moyen terme de se développer en Afrique subsaharienne francophone, afin de permettre à « tous les Africains de créer plus facilement des entreprises capables d’effectuer et d’accepter des paiements dans le monde entier ».

Basée à San Francisco et à Lagos, la fintech a développé une interface de programmation d’applications (API), un logiciel qui permet à deux applications de communiquer et par lequel ses clients peuvent développer leurs propres applications de paiement personnalisées.

La société a levé un total de 225 millions de dollars de financement et, en 2019, s’est associée à Alipay (Alibaba) pour proposer des paiements numériques entre l’Afrique et la Chine. Flutterwave a déjà traité plus de 140 millions de transactions, pour une valeur globale de plus de 9 milliards de dollars, pour des clients tels que Jumia, Uber, Facebook et Booking.com.

Le Covid-19, un tremplin pour la fintech africaine

Outre sa politique d’expansion en Afrique du Nord, Olugbenga Agboola a confié à The Africa Report/Jeune Afrique ses projets d’accélérer l’acquisition de clients et de développer de nouveaux produits, comme le service Flutterwave Mobile, qui permet aux petits commerçants de convertir un simple téléphone portable en point de vente. Flutterwave Mobile doit être lancé cette semaine, initialement au Kenya, en Afrique du Sud, au Nigeria et au Rwanda.

Pendant les confinements mis en place dans ses différents marchés en 2020, la fintech lancée en 2016 a créé une plateforme de commerce électronique pour permettre aux entreprises de faire du commerce en ligne.

Elle a en outre bénéficié d’un « effet Covid-19 », avec un afflux massif d’investisseurs dans le domaine des fintech, qui a attiré plus d’investissements que tout autre secteur de start-ups africaines l’année dernière, tant en termes de montant investi que de nombre d’entreprises ayant obtenu un financement.

Une introduction en bourse « possible »

Le secteur a en outre gagné en visibilité grâce au rachat de Paystack, autre fintech nigériane, par le géant américain Stripe, le 15 octobre 2020, moyennant 200 millions de dollars.

Selon Olugbenga Agboola, une IPO est « possibilité » pour la sortie des investisseurs initiaux, mais le dirigeant assure n’avoir aucun calendrier en tête pour l’instant.

« La priorité du moment est le service aux clients, mais nous voulons être prêts à une éventuelle introduction en bourse », précise-t-il.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer