Politique

Sénégal : les entreprises françaises ont-elles été délibérément visées ?

Réservé aux abonnés | | Par
Des commerçants nettoient leur magasin dégradé lors des manifestations contre l’arrestation d’Ousmane Sonko à Dakar, en mars 2021.

Des commerçants nettoient leur magasin dégradé lors des manifestations contre l’arrestation d’Ousmane Sonko à Dakar, en mars 2021. © CHERKAOUI SYLVAIN/AFP

Au Sénégal, où les manifestations qui ont suivi l’arrestation d’Ousmane Sonko ont viré à l’émeute, plusieurs enseignes françaises ont été prises pour cible. Des pillages symptomatiques de la grogne « anti-néocolonialisme économique » portée de longue date par la jeunesse du pays.

Le 3 mars, lorsque les esprits commencent à s’échauffer et que la colère éclate à la suite de l’arrestation de l’opposant Ousmane Sonko, la colère a indubitablement une couleur politique, les manifestants dénonçant pêle-mêle « la mal-gouvernance » et « les liquidations d’adversaires politiques par le biais de la justice ». Mais la situation évolue ensuite rapidement à mesure que Dakar et d’autres grandes villes du pays s’embrasent.

Les raisons de la colère

Car si l’interpellation de l’opposant numéro un de Macky Sall a fait office de détonateur, les raisons de la colère vont bien au-delà des démêlés judiciaires du leader du parti Pastef. Dans le maelström de violences qui ont éclaté, faisant au moins cinq morts parmi les manifestants selon le bilan officiel (et huit selon Amnesty International), des images ont particulièrement retenu l’attention : des scènes de pillage et d’incendie visant les magasins Auchan ou les stations-service Total laissent penser que la grogne serait teintée d’un sentiment anti-français. Au total, 21 grandes et moyennes surfaces auraient été saccagées et pillées et deux au moins, incendiées. Douze stations Total ont été également été prises pour cible, selon le ministère sénégalais du Commerce.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte