Société

[Tribune] Soutenir les femmes africaines, victimes silencieuses de la pandémie, c’est donner à toutes et à tous, la chance d’un avenir meilleur

|
Mis à jour le 11 mars 2021 à 10h50

Par  Alexandra Palt

Directrice Générale de la Responsabilité Sociétale et Environnementale de L’Oréal et Directrice Générale de la Fondation L’Oréal

Des femmes font la queue pour voter dans le village de Tumfafi, près de Kano, dans le nord du Nigeria, le 23 février 2019.

Des femmes font la queue pour voter dans le village de Tumfafi, près de Kano, dans le nord du Nigeria, le 23 février 2019. © Ben Curtis/AP/SIPA

L’Oréal ouvre un fonds de 50 millions d’euros destinés aux associations qui viennent en aide aux femmes malmenées par la crise sanitaire liée au Covid-19.

À la fin 2020, les Nations unies s’alarmaient de l’extrême précarité des personnes qui, dans le monde, auront besoin d’aide humanitaire cette année. Elles s’inquiétaient aussi de la forte augmentation de leur nombre: 40 % de plus qu’en 2019, soit au total 235 millions d’êtres humains en grande pauvreté.

Face à ces chiffres, une évidence s’impose : la pandémie de Covid-19 a durablement fragilisé les populations déjà identifiées comme vulnérables. Parmi elles, les femmes, notamment celles du continent africain, qui paient un lourd tribut social, économique, professionnel et personnel à cette crise sanitaire.

Les femmes heurtées de plein fouet

Or, partout dans le monde, les mesures restrictives prises pour l’endiguer – dont le confinement – aggravent les inégalités préexistantes. Et l’Afrique ne fait pas exception : alors qu’elles représentent 58 % des travailleurs indépendants et 90 % de la main d’œuvre du secteur informel, les femmes, très actives à l’échelle du continent, voient leurs entreprises heurtées de plein fouet par la pandémie, spécialement dans le secteur agricole.

Les mesures sanitaires ont également renforcé certaines barrières sociales et psychologiques qui pesaient sur elles, augmentant significativement les risques pour leur santé – sexuelle et reproductive notamment. La surmortalité chez les femmes depuis le début de la crise est avérée, et, comme dans bien d’autres régions du monde, elles sont surreprésentées au sein des personnels soignants.

20 % des femmes et des filles ont subi des violences physiques ou sexuelles de la part d’un proche sur les douze derniers mois

L’éducation des filles et jeunes femmes – la meilleure des armes contre la vulnérabilité sociale et économique – est également impactée : près de 263 millions d’enfants sont déscolarisés en raison de la pandémie, parmi lesquels une majorité de filles, poussées en priorité à s’engager sur le marché du travail face à la crise économique. Partout, les violences conjugales et sexuelles contre les femmes ont explosé : en Afrique de l’Ouest et centrale, 20 % des femmes et des filles ont subi des violences physiques ou sexuelles de la part d’un proche sur les douze derniers mois.

Insoutenable paradoxe

Ajoutons un insoutenable paradoxe : alors que les femmes sont les plus affectées par les crises contemporaines – pandémie, mais aussi réchauffement climatique -, elles sont sous-représentées dans les instances de décision politiques et économiques. Elles n’occupent qu’un quart des sièges des Parlements dans le monde. Même si les femmes parlementaires sont de plus en plus nombreuses sur le continent africain grâce à des politiques d’inclusion, elles restent encore nettement minoritaires dans les instances officielles.

Partout, le rôle économique et social des femmes est décisif pour l’équilibre des communautés, l’éducation, la gestion des ressources naturelles. En première ligne face aux déséquilibres de notre temps, elles méritent d’être en première ligne des solutions.

Lancé en mai dernier, le Fonds L’Oréal pour les Femmes, fonds de dotation philanthropique de 50 millions d’euros, veut agir partout aux côtés des associations de terrain qui s’engagent en soutien des femmes et des filles.

Mettre fin aux discriminations

Les associations, au plus près du terrain, jouent un rôle majeur pour construire un monde plus durable, équitable, inclusif, où les femmes ont toute leur place.

Qu’elles aident les femmes en situation de précarité, de handicap ou les femmes réfugiées, favorisent l’intégration sociale et professionnelle, préviennent les violences domestiques et sexuelles ou luttent pour l’accès à l’éducation des filles, nous invitons toutes les organisations et associations qui s’engagent pour les femmes en situation de vulnérabilité, notamment en Afrique, à présenter leur projet au Fonds L’Oréal pour les Femmes.

Mettre fin aux discriminations qui frappent les femmes, c’est nous donner, à toutes et tous, la chance d’un avenir meilleur.


Votre association vient en aide aux femmes en situation de vulnérabilité en Afrique ? Envoyez un mail à fondslorealpourlesfemmes@loreal.com pour en savoir plus sur les critères d’éligibilité au Fonds L’Oréal pour les Femmes et recevoir un formulaire de candidature.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte