Dossier

Cet article est issu du dossier «[Série] Beny Steinmetz : « L'Afrique, Soros et moi »»

Voir tout le sommaire
Politique

[Série] Beny Steinmetz : ténors du barreau, grands patrons, philanthropes… sur qui s’appuie le tycoon pour sauver son empire ? (3/3)

Réservé aux abonnés | | Par
JA

© JA

« L’Afrique, Soros et moi » (3/3). Engagé dans un bras de fer juridique international avec George Soros, Beny Steinmetz s’est entouré d’avocats et de communicants de premier plan, tandis que ses fidèles gèrent ses affaires en toute discrétion. « Jeune Afrique » vous plonge au cœur du réseau du Franco-Israélien.

GardeRapprochéeSteinmetz-05Beny Steinmetz, 64 ans, livre sans doute actuellement son plus dur combat. Condamné en janvier à Genève à cinq ans de prison pour corruption, le Franco-Israélien passe aujourd’hui une partie de ses journées à peaufiner une stratégie juridique censée démentir les accusations qui le visent et blanchir son nom.

À Londres, à New York, à Rio de Janeiro ou à Genève, ses collaborateurs s’activent et tentent de convaincre, tandis que l’ancien magnat du diamant patiente dans sa villa des rivages de la Méditerranée. Entouré de juristes et de spécialistes de l’image, il met en branle ses réseaux pour sauver sa réputation et son empire.

GardeRapprochéeSteinmetz-07Le ténor suisse du barreau est le stratège qui conçoit les actions en justice de Beny Steinmetz, qu’il côtoie depuis quatre décennies. Marc Bonnant, 76 ans, maîtrise mieux que personne les affaires du Franco-Israélien, ainsi que l’architecture des sociétés qui lui sont liées. Spécialiste des arcanes de la finance et de la justice pénale, c’est lui qui administre, aux côtés de Peter Goop et de Rothschild Trust Guernsey, la fondation liechtensteinoise Balda.

Cette dernière, dont Beny Steinmetz n’est officiellement que le « bénéficiaire », est la structure qui serait, à travers plusieurs sociétés, propriétaire de Beny Steinmetz Group Resources (BSGR), une entreprise au sein de laquelle le Franco-Israélien n’est cette fois que « conseiller ». Marc Bonnant, qui exerce ses activités depuis Genève, est aussi l’avocat d’un autre Israélien, le magnat des mines Dan Gertler– entre autres.

GardeRapprochéeSteinmetz-03Engagé dans un bras de fer judiciaire avec George Soros sur toute la planète, Beny Steinmetz et BSGR ont fait appel à une armée d’avocats. À Londres, ce sont les cabinets Asserson Law Offices et Mishcon de Reya qui s’occupent de leur défense, tandis qu’au Brésil, l’avocat Renato Polillo, du cabinet Warde est en première ligne.

Beny Steinmetz est par ailleurs défendu par l’ancien ambassadeur français François Zimeray devant la Cour européenne des droits de l’homme dans une affaire liée à la Roumanie et dans laquelle il a été condamné en première instance.

L’avocat américain Louis Solomon s’occupe quant à lui de ses intérêts aux États-Unis et notamment de sa plainte civile contre George Soros. Enfin, à Tel-Aviv, le cabinet du ténor du barreau Eitan Maoz gère les négociations avec la justice israélienne.

GardeRapprochéeSteinmetz-06Depuis 2015, Beny Steinmetz et BSGR font appel aux services d’une agence de communication basée à Londres, Buchanan, déjà spécialisée dans les secteurs des mines et de la finance en Afrique. L’un des associés seniors, Bobby Morse, s’investit personnellement dans le dossier de BSGR, mais aussi dans ceux des entreprises australienne Centamin, anglaise Petra Diamonds et russe PhosAgro.

Une autre entreprise de communication veille sur l’image de Beny Steinmetz, et l’a notamment assisté lors de son récent procès à Genève : Vae Solis. Celle-ci a été fondée par Philippe Manière (ancien journaliste et directeur de l’Institut Montaigne) et Arnaud Dupui-Castérès (ex-chef de cabinet adjoint de Jean-Pierre Raffarin au ministère des PME). Le dossier Steinmetz y est suivi par Guillaume Didier, ancien juge d’instruction et ex-porte-parole du ministère de la Justice en France.

GardeRapprochéeSteinmetz-02F

Agnès Steinmetz est considérée comme le relais de son mari dans le monde de la philanthropie. L’épouse de Beny Steinmetz, que celui-ci a connue au lycée en Israël (où la famille française de cette dernière, les Bouaziz, avait émigré), est ainsi la cofondatrice et la dirigeante de sa fondation, active dans les domaines de la santé et de l’éducation dans ce pays.

La Fondation Agnès et Beny Steinmetz, créée en 2006, est spécialisée dans l’accompagnement des enfants, adolescents et étudiants israéliens en difficulté. Elle est dirigée au jour le jour depuis sa création par une juriste israélienne, Iris London Zolty, laquelle en a élaboré la structure juridique. Beny Steinmetz la considère comme l’un de ses bras droits.

GardeRapprochéeSteinmetz-08Placée sous administration en septembre 2020, BSGR est aujourd’hui gérée par Richard Fleming, Mark Firmin et Carl Bowles au nom de la société spécialisée Alvarez & Marsal Europe LLP. Beny Steinmetz affirme qu’il ne participait déjà pas aux réunions du conseil d’administration les années précédentes, puisque qu’il ne remplissait pour le groupe qu’un rôle de « conseiller ».

Son plus proche bras droit était Dag Lars Cramer. Cet ancien de l’Anglo American Corporation a rejoint BSGR en 2003. Il en a occupé la direction, ainsi que celles de Koidu Limited, sa filiale sierra-léonaise, et d’Onyx Financial Advisors, qui représentait le groupe à Londres. En Guinée, il travaillait  en relation avec les dirigeants de BSGR à Conakry, les Israéliens Asher Avidan et Roy Oron. 

Depuis 2014, Beny Steinmetz a officiellement quitté l’industrie du diamant en vendant ses parts du Steinmetz Diamond Group à son frère aîné, Daniel Steinmetz. Devenue Diacore, la société est aujourd’hui dirigée par un autre Israélien, Nir Livnat. Ce dernier a d’ailleurs récemment signé un contrat avec une vieille connaissance de Beny Steinmetz, la société De Beers, pour acquérir une série de diamants bleus de la mine sud-africaine de Cullinan.

GardeRapprochéeSteinmetz-04Les deux hommes sont amis depuis 2013, lorsque l’ancien président français a été fait docteur honoris causa de l’Université de Netanya, la ville où est né Beny Steinmetz. Le Franco-israélien est d’ailleurs l’une des personnalités les plus influentes de cet établissement, au sein duquel sa fondation finance des bourses pour les jeunes en difficulté.

L’ancien diamantaire et l’ex-chef d’État reconverti dans les affaires se parlent aujourd’hui régulièrement et Nicolas Sarkozy n’hésite pas à lui prodiguer quelques conseils, à mi-chemin entre la diplomatie et l’économie. En 2019, c’est lui qui a été à la manœuvre, avec le Premier ministre ivoirien Hamed Bakayoko, un autre proche de Steinmetz, pour favoriser le rapprochement entre BSGR et la Guinée d’Alpha Condé.  

Si, en Côte d’Ivoire, Beny Steinmetz dispose aujourd’hui de ses entrées à la primature et à la présidence, où la première dame Dominique Ouattara lui est favorable, Nicolas Sarkozy, ami du couple Ouattara et de Bakayoko, n’y est pas étranger. Un atout de poids puisque le président Alassane Ouattara est au départ plutôt proche de George Soros, son pire ennemi.

 

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer