Politique

Niger : Mahamane Ousmane exige « la libération de tous les détenus »

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mahamane Ousmane et Hama Amadou lors d’une rencontre de l’opposition à Niamey, le 5 octobre 2014.

Mahamane Ousmane et Hama Amadou lors d’une rencontre de l’opposition à Niamey, le 5 octobre 2014. © AFP PHOTO / BOUREIMA HAMA

L’opposant nigérien Mahamane Ousmane, déclaré battu à l’issue de la présidentielle le 21 février, a exigé samedi « la libération de tous les détenus » interpellés lors des violences qui ont suivi la proclamation des résultats.

« Nous exigeons (…) la libération de tous les détenus sans délais, l’arrêt du harcèlement et les menaces de militants » a déclaré Mahamane Ousmane sur le média télévisé privé Labari. « J’interpelle également la communauté internationale sur les risques de dégénérescence de cette situation post-électorale du Niger », a-t-il poursuivi.

La victoire de Mohamed Bazoum avec 55,7% des voix, selon les résultats provisoires de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), a été contestée par Mahamane Ousmane qui s’est lui-même proclamé vainqueur avec 50,3% des voix. Dès l’annonce des résultats mardi soir, des manifestations ont éclaté dans plusieurs villes du pays, dont la capitale Niamey, plusieurs pillages et destructions de biens publics et privés ont été commis.

Hama Amadou toujours détenu

Ces troubles se sont poursuivis pendant deux jours, faisant deux morts et plusieurs blessés, selon les autorités. « Le bilan est de deux morts », a déclaré jeudi à la presse Alkache Alhada, ministre de l’Intérieur, annonçant également 468 arrestations depuis mardi, « y compris certains hommes politiques ».

L’opposant Hama Amadou, accusé par le pouvoir d’être à l’origine des troubles qui ont suivi la proclamation des résultats de la présidentielle est détenu depuis vendredi dans les locaux de la police où il s’était lui-même livré. Cette situation « pour le moment peut être gérable, contrôlable », pourvu que les suffrages exprimés par les citoyens reflètent » les résultats des urnes, a martelé Mahamane Ousmane.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer