Justice

Tunisie : un collectif appelle à la légalisation du cannabis

| Par Jeune Afrique avec AFP
Bien qu’amendée en 2017, la « loi 52 » sur les stupéfiants pose problème tant elle semble inique et obsolète.

Bien qu’amendée en 2017, la « loi 52 » sur les stupéfiants pose problème tant elle semble inique et obsolète. © ZUMA/REA

Un collectif a appelé vendredi à une légalisation du cannabis en Tunisie, où la stratégie essentiellement répressive et une loi contestée entraînent chaque année l’incarcération de nombreux jeunes.

Le député Zied Ghanney a annoncé, lors d’une conférence de presse à Tunis, qu’il déposerait prochainement au Parlement un projet de loi visant à réguler « la plantation, l’industrie et l’utilisation du cannabis ».

Le débat a été relancé par la condamnation en janvier de trois Tunisiens à 30 ans de prison chacun pour avoir fumé un joint, suscitant des appels à réformer une législation sévère. Ils doivent être jugés en appel le 9 mars.

« Un million de consommateurs »

« Il y a un million de consommateurs, dont 400 000 réguliers, c’est presque un dixième de la population et plus de 30% des jeunes », a souligné Karim Chaïr, du Collectif pour la légalisation du chanvre (Colec), lancé en 2019 avec des associations et experts.

« La légalisation peut diminuer la consommation, et donner des moyens financiers à l’État », pour investir dans l’éducation, les installations sportives, ou les centres des désintoxication, a estimé cet enseignant.

Courants conservateurs

Entre 1992 et 2018, environ 120 000 jeunes tunisiens ont fait au moins un an de prison dans des affaires de stupéfiants, selon le collectif. Selon un rapport d’Avocat sans frontières, 21,5% des personnes détenues en 2019 l’étaient pour des infractions liées aux stupéfiants, en large partie pour une simple consommation de cannabis.

Cet appel intervient au lendemain d’une annonce du Maroc sur une possible légalisation de l’usage thérapeutique du cannabis. En Tunisie, plusieurs projets de loi concurrents ont récemment été déposés pour réformer la législation sur les stupéfiants, après un appel du Premier ministre Hichem Mechichi à des « peines alternatives » à la prison. Reste à savoir si le Parlement, divisé et comprenant de nombreux courants conservateurs, arrivera à concrétiser une réforme.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte