Politique

Côte d’Ivoire : devenu ministre, KKB « ne regrette rien »

Réservé aux abonnés | | Par
Kouadio Konan Bertin, alias « KKB », le 23 septembre 2013 à Abidjan.

Kouadio Konan Bertin, alias « KKB », le 23 septembre 2013 à Abidjan. © NABIL ZORKOT pour JA

Seul candidat à avoir affronté Alassane Ouattara dans les urnes lors de la présidentielle, Kouadio Konan Bertin a été nommé ministre de la Réconciliation nationale, le 15 décembre, et prêche depuis la bonne parole. Il devrait bientôt se rendre en Belgique pour rencontrer Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé.

Il y a quelques semaines encore, des drapeaux violets floqués des initiales « KKB » flottaient au sommet des lampadaires et sur certains ronds-points d’Abidjan. Vestiges de la campagne électorale du mois d’octobre, abîmés par la pollution et les intempéries, ils ont aujourd’hui disparu. Kouadio Konan Bertin – dit « KKB » – n’a pas connu le même sort.

Unique candidat face à Alassane Ouattara le 31 octobre, tandis que l’opposition faisait bloc et boycottait le scrutin pour dénoncer un troisième mandat présidentiel qu’elle jugeait anticonstitutionnel, cet ancien cadre du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) a été nommé, le 15 décembre, à la tête du nouveau ministère de la Réconciliation nationale. Une consécration pour ce quinquagénaire dont le parcours politique illustre l’irrépressible ambition.

« Je ne le connais pas personnellement, mais il m’a toujours impressionné par son sens de l’État, son engagement pour la paix, pour la réconciliation et je suis sûr qu’il fera un excellent travail dans ce portefeuille qui vient à point nommé », dira de lui le président ivoirien pour expliquer son choix.

Un « homme du peuple »

KKB est désormais omniprésent dans les médias. Il multiplie les rendez-vous – dans les salons dorés de la résidence d’Alpha Blondy, avec les chefs religieux, chez la reine des Baoulés à Sakassou, avec la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci) après la nomination de son ancien secrétaire général, Eugène Kouadio Djué, au poste de conseiller… – et les annonces.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

3098_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte