Politique économique

Irrité par l’accueil réservé par l’Europe à une loi contre l’homosexualité, le Nigeria boude les APE

Le siège de l'Union européenne, à Bruxelles.

Le siège de l'Union européenne, à Bruxelles. © AFP

Le Nigeria pourrait bouder la signature des accords de partenariat économique (APE) et bloquer l’ensemble du processus. Une réaction qui aurait été provoquée par l’accueil réservé par l’Europe à la loi contre l’homosexualité adoptée en janvier par Abuja.

Plus de 80 dirigeants africains et européens se retrouvent mercredi et jeudi à Bruxelles pour tenter de relancer leur partenariat. Après plus de dix ans de discussions, l’Union européenne (UE) et les pays de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) plus la Mauritanie, doivent également signer un accord de partenariat économique (APE). Sauf si l’ensemble du processus est plombé par Abuja.

Lire aussi :

UE – Afrique : le premier APE entre en vigueur
Intégration : l’Afrique de l’Ouest franchit une étape décisive
Roger Tsafack Nanfosso : « Le protectionnisme éducateur n’est rien d’autre que du bon sens »

Rétorsion

Le 26 mars, lors de la réunion à Yamoussoukro des ministres de l’Économie et des Finances de la sous-région, le représentant du Nigeria a critiqué certains aspects de l’accord, à commencer par la faiblesse du montant accordé par les Européens aux pays africains signataires pour les aider à ouvrir leurs marchés : 6,5 milliards d’euros sur cinq ans.

Le Nigeria rechignerait également à accorder à l’UE le statut de « nation la plus favorisée » prévu dans l’accord. Selon les observateurs, cette réaction aurait été provoquée par l’accueil plutôt tiède réservé par l’Europe à la loi contre l’homosexualité adoptée en janvier par Abuja.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte