BTP & Infrastructures

Sénégal : Dangote affiche sa confiance

| Par Jeune Afrique
Un site de production de Dangote Cement.

Un site de production de Dangote Cement. © Dangote

Interrogés par Jeune Afrique, les dirigeants de Dangote Cement confirment le démarrage de la cimenterie du groupe au Sénégal au second semestre. Et disent ne pas craindre la procédure juridique entamée par Sococim.

Dangote Cement ne se préoccupe guère des démarches entamées par son concurrent Sococim (filiale du groupe français Vicat) pour tenter d’empêcher le démarrage de sa cimenterie au Sénégal. « Nous avons terminé la construction des installations et sommes en phase de test de l’usine, nous serons prêts d’ici à la fin juin », confie à Jeune Afrique Aramine Mbacke, directeur général du groupe nigérian au Sénégal.

Interrogé à l’occasion de la publication des excellents résultats annuels de Dangote Cement, Edwin Devakumar, directeur général et bras droit du tycoon Aliko Dangote, tient le même discours de confiance : « Nous avons obtenu les autorisations auprès de l’État sénégalais voilà maintenant trois ans et demi, il n’y a pas de raison que les autorités reviennent sur leurs engagements. »

Tout comprendre sur la bataille des cimentiers

Sénégal : des cimentiers à couteaux tirés

Sénégal : Vicat vent debout contre Dangote

Vicat fait intervenir l’Élysée auprès de Macky Sall

Sénégal : Aliko Dangote soulagé par une décision de justice

Sénégal : Ciments du Sahel s’implante au Bénin

En Afrique, la bataille des cimentiers a commencé

Abritrage

L’arrivée annoncée du Nigérian au Sénégal bouleverse le marché, même si le démarrage de sa cimenterie a pris énormément de retard en raison d’un conflit foncier.

Le marché sénégalais du ciment est en effet en surproduction, une bonne nouvelle pour les pays voisins importateurs de ciment. Mais le manque d’infrastructures logistiques pour exporter un produit lourd pose problème.

Fin 2013, Vicat a entamé une procédure d’arbitrage contre l’État sénégalais auprès de la Cour commune de justice et d’arbitrage (CCJA) à Abidjan. 

Vicat accuse l’État sénégalais de « traitement inégal », notamment d’avoir fermé les yeux sur le non-respect des règles cadastrales, des codes miniers et environnementaux par son nouveau concurrent nigérian.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte