Économie

Monnaie, dette, protectionnisme… L’Afrique se libère du « Consensus de Washington »

Réservé aux abonnés | |
Mis à jour le 23 mars 2021 à 17h54

Par  Joël Té-Léssia Assoko

Joël Té-Léssia Assoko est rédacteur en chef adjoint (économie et finance) de Jeune Afrique.

(@ralphlessia)

XINHUA-REA

© XINHUA-REA

Après au moins une décennie de désastres économiques « importés » des pays « matures », l’Afrique fait entendre sa voix. Ce n’est pas trop tôt.

Depuis près de dix ans, les divinités qui veillent sur les marchés se sont acharnées contre les économies africaines avec une malfaisance cosmique digne du livre de Job.

Des séquelles de la crise transatlantique des subprimes (2008-2011) à l’effondrement entre 2013 et 2016 des prix des matières premières (cuivre, fer, pétrole…) jusqu’aux dégâts infligés par le Covid-19, le continent a dû s’accommoder d’une succession de désordres économiques « importés » de l’extérieur.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte