Santé

Résurgence d’Ebola en pleine pandémie de Covid-19 : comment la Guinée compte faire face

| Par - à Conakry
Mis à jour le 16 février 2021 à 16h39
Livraison de matériel logistique, le 16 février 2021, pour faire face à de nouveaux cas de fièvre hémorragique Ebola.

Livraison de matériel logistique, le 16 février 2021, pour faire face à de nouveaux cas de fièvre hémorragique Ebola. © 16 févr. 2021, livraison du matériel logistique pour la mise en œuvre des directives du Gouvernement concernant la gestion de la maladie à virus Ebola. Ce matériel est composé d'EPI. Ce transport d’urgence a été facilité par le Système des Nations Unies en Guinée. https://twitter.com/anss_guinee © Twitter Twitter ANSS GUINEE

Plus de quatre ans après la fin de l’épidémie d’Ebola, la Guinée fait face à une nouvelle résurgence du virus, alors que les autorités affrontent plusieurs crises sanitaires au premier rang desquelles la pandémie de coronavirus.

Les autorités sanitaires guinéennes auront mis moins d’un mois, à compter du décès fin janvier de la première victime officielle, une infirmière inhumée le 1er février à Gouécké, pour déclarer la résurgence de la maladie. Lors de la dernière apparition d’Ebola en Guinée, en 2013, il s’était écoulé trois fois plus de temps avant que « les morts d’une maladie mystérieuse en Guinée forestière », comme le relayait alors la presse locale, ne soient réellement identifiés comme les victimes de la fièvre hémorragique. Entre temps, les échantillons avaient dû être acheminés aux instituts Pasteur de Dakar et de Lyon pour y être analysés. Cette fois, les tests ont eu lieu sur place.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS), créée sur les cendres de la Coordination nationale de lutte contre Ebola et toujours pilotée par le docteur Sakoba Keïta, appuyé par le ministre de la Santé Rémy Lamah – déjà aux commandes lors de la première épidémie -, se sont rapidement réunis. Une mission mixte a dans la foulée été déployée à Nzérékoré, chef-lieu de la région du sud-est d’où est partie, comme en décembre 2013, la maladie.

Identifier la chaîne de contamination

Parmi les urgences : tenter d’établir la chaîne de contamination, alors que l’épidémie a déjà tué cinq personnes pour neuf cas identifiés au 16 février. L’infirmière de Gouécké pourrait-elle être le patient zéro ? Si cette première victime recensée a développé  des symptômes après l’hospitalisation de sa belle-mère, décédée courant janvier, cette dernière « a présenté une symptomatologie très pauvre, qui ne répond pas à 100 % à la définition de cas, explique le docteur Adama Kaba, directeur régional de la Santé de Nzérékoré, contacté par Jeune Afrique. « Aucune des femmes du village ayant procédé à la toilette funèbre de la vieille n’a développé la maladie, poursuit-il. En revanche, certaines personnes ayant participé aux funérailles de l’infirmière sont tombées malades. Pour le moment, et jusqu’à preuve contraire, l’infirmière est le patient zéro ».

De Gouécké où elle travaillait, cette dernière a été hospitalisée dans un établissement du centre-ville de Nzérékoré, puis à l’indigénat, où elle a rendu l’âme. Son corps a été ramené et inhumé à Gouécké. L’enjeu est désormais de recenser et suivre tous les cas contacts de ce trajet.

80 % des cas contacts résident dans la sous-préfecture de Gouécké

« Nous avons listé tous les cas contacts, une centaine, dont 80 % résident dans la sous-préfecture de Gouécké. Ils sont en train d’être suivis par les agents pour voir l’évolution de leur état de santé. Nous avons entamé la sensibilisation par l’intermédiaire des radios locales et fait appel à l’ANSS et aux autres partenaires qui sont en train d’arriver pour nous appuyer dans la riposte », poursuit le directeur régional de la Santé de Nzérékoré.

Regroupements proscrits, marchés fermés et vaccins attendus

Une série de mesures ont été annoncées. Dans un communiqué lu lundi soir sur les antennes des médias publics, le président Alpha Condé a interdit tout regroupement de plus de cinq personnes à Nzérékoré. Dans la sous-préfecture de Gouécké, les marchés seront par ailleurs fermés durant un mois. Parmi les autres dispositions, l’enterrement digne et sécurisé des cas suspects, probables ou confirmés, est désormais pris en charge par la Croix-Rouge ; des barrages de contrôle ont été mis en place, de même que des mesures de prise de température corporelle ; et les ménages isolés recevront des denrées alimentaires pour limiter les déplacements.

La riposte passera également par la vaccination, assurent les autorités. Alors qu’un vaccin expérimental existe notamment grâce à des recherches faites en Guinée, le stock constitué par la Guinée à la fin de la première épidémie, en 2016, s’est entretemps périmé. De nouvelles doses sont impatiemment attendues à Conakry, assure Georges Alfred Ki-Zerbo, le représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Guinée. « Nous sommes en contact avec le bureau régional à Brazzaville et le siège à Genève pour sécuriser les vaccins qui pourront renforcer la riposte », précise-t-il, assurant que l’OMS est également pleinement mobilisée.  « Les premières dispositions ont été prises pour activer le système de gestion des urgences, dans le cadre du programme de l’OMS mis en place suite aux précédents épidémies d’Ebola en Afrique de l’Ouest », explique-t-il.

Plusieurs fronts sanitaires

Si la réactivité des autorités guinéennes dans la gestion du Covid-19 prouvent qu’elles ont appris de l’expérience de la première épidémie d’Ebola, il convient de rester prudent, prévient le représentant de l’OMS. « La Guinée fait face à une situation sanitaire très complexe. Ces nouveaux cas d’Ebola viennent s’ajouter au contexte du Covid-19, et alors la fièvre jaune sévit à Koundara, près de la frontière du Sénégal, et que des flambées de poliomyélite sont en train d’être contenues grâce à des campagnes de vaccination, rappelle Georges Alfred Ki-Zerbo. Les problèmes sanitaires sont nombreux et le système de santé reste fragile. Il faut tirer toutes les leçons et ne surtout pas oublier celle relatives à l’engagement communautaire dans les premiers foyers infectés : nous devons nous assurer que la perception des communautés, leur sensibilité et leurs approches de solution sont prises en compte ».

Une approche inclusive d’autant plus importante que, lors de la première épidémie d’Ebola, les populations s’étaient d’abord montrées réticentes à observer certains gestes barrières. Les toilettes funèbres, traditionnellement assurées en famille, avaient parfois perduré, malgré le danger.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer