Musique

« Nocturne » : le nouveau disque magistral d’une « bande de potes »

| Par
Mis à jour le 25 février 2021 à 10h01
David Walters, Roger Raspail, Ballaké Sissoko et Vincent Ségal.

David Walters, Roger Raspail, Ballaké Sissoko et Vincent Ségal. © Ingrid Marseki

Ballaké Sissoko, Roger Raspail, Vincent Ségal… En invitant des pointures et amis à jouer en acoustique autour de lui, David Walters met un peu de douceur dans un monde de bruit.

Certains grands albums arrivent par accident. Sans injonction de maison de disques, sans calcul dicté par l’ambition ou le tiroir-caisse. « Nocturne » est de ceux-là. Et dès ses premières notes – complainte grave du violoncelle, pulsation nerveuse des percussions, envolée de kora –, il fait entendre sa différence. Objet doux, élégant, qui prend des chemins de traverse à l’heure où les titres les plus streamés sont électrisés, ultra-produits et ultra-compressés, passés et repassés dans des machines qui en font des produits lisses, prêts à consommer.

« Nocturne » n’aurait pu naître sans la pandémie, son flot de restrictions et de morts. Le premier titre, donc, « Papa Kossa », est d’ailleurs un hommage à Manu Dibango, emporté le 24 mars par le Covid-19. « Le confinement m’a posé, m’a fait peur, la période a tout interrompu, se souvient David Walters, « griot créole », infatigable voyageur qui avalait les continents au fil de ses albums et émissions télé, que la pandémie a immobilisé à Marseille, sa ville d’adoption. « À un moment, j’ai repris ma guitare classique. Je n’avais plus envie de toucher aux machines. J’ai fait un live sur les réseaux avec Vincent, puis deux, et l’idée est venue de faire une session acoustique, sans filet. »

Une « bande de potes »

David Walters ne connaît pas personnellement Ballaké Sissoko, mais il savoure depuis longtemps la virtuosité du maître malien de la kora. « Chamber Music [duo de Vincent Ségal au violoncelle et Ballaké Sissoko à la kora, ndlr] est un de mes albums de chevet, c’est avec lui que j’ai bordé mon fils pendant longtemps, raconte-t-il. Ballaké a rapidement accepté de se lancer dans l’aventure avec nous. Puis j’ai demandé au percussionniste Roger Raspail de nous rejoindre. C’était comme de se retrouver dans une famille, ou de constituer une bande de potes. On a planifié une date pour une session studio… Et là, en sortant mon grand agenda papier, je me suis rendu compte qu’il restait seulement deux mois avant l’enregistrement, alors que je n’avais composé que trois morceaux ! »

Il part alors s’isoler une dizaine de jours dans une cabane près de l’océan. Certaines compositions, infusées dans l’eau de mer, en gardent encore les notes salées, douces-amères, tel le titre « Carioca », qui s’inspire du bateau qu’il loue chaque été pour s’évader. D’autres ballades, comme « Baby Go », viennent bercer le cœur, et sont une réponse au moment cauchemardesque que fut l’annonce du confinement.

« Nocturne » est une caresse musicale en réponse à la violence du monde, un remède qui s’attaque sans faillir aux effets secondaires de la pandémie

Quand les quatre musiciens se retrouvent pour enregistrer à Bagnolet, en banlieue parisienne, au studio One two pass it, ils n’ont que la structure générale des chansons, composées en guitare-voix par David Walters.

« On a choisi de travailler sans casque, sans clic [tempo métronomique qu’on utilise dans les studios d’enregistrement, ndlr], à un mètre de distance les uns des autres, comme une bande d’amis qui se retrouvent pour jouer dans la rue ou au coin du feu, souligne Vincent Ségal. Lorsque l’on avait enregistré avec Ballaké Musique de nuit, on s’était mis sur le toit d’un immeuble du quartier de Ntomikorobougou, au-dessus de chez lui. Les sessions qui se faisaient la nuit prenaient une dimension particulière… On entend parfois derrière nous le bruit du train ou des moutons… »

Music is the weapon

Pendant trois jours, à huis-clos, les musiciens oublient la pandémie. Chacun prend sa place naturellement, spontanément, dans les compositions. « La sensation est très importante, confie Ballaké Sissoko. On sait à quel moment on peut développer le sujet. On a fini par se connaître avec Vincent, mais le feeling est passé aussi à quatre. »

L’enregistrement en est la preuve, un petit miracle se produit en studio. Paradoxalement, malgré la dureté du contexte, « Nocturne » s’étire en plages tout en douceur et en légèreté. C’est une caresse musicale en réponse à la violence du monde, un remède qui s’attaque sans faillir aux effets secondaires de la pandémie. Sans comprendre le créole, on se sent littéralement transporté par cette musique qui invite au voyage et à la résilience, quand David Walters scande en reprenant les mots de Fela « music is the weapon ».

Cet album « égoïste », que les musiciens avouent avoir fait pour eux-mêmes, dans un contexte très précis, touche finalement tous ceux qui y trempent une oreille. Il fera vibrer loin et pour longtemps, on en est sûrs, ses chants d’amour et de sérénité.

« Nocturne », de David Walters, Ballaké Sissoko, Vincent Ségal, Roger Raspail, Heavenly Sweetness. Un concert est prévu le 5 mai 2021 à La Cigale, à Paris. 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

3098_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte