Économie

Gestion des déchets : Hysacam tout puissant au Cameroun (3/3)

Réservé aux abonnés | | Par - à Yaoundé
Mise en place d’un réseau captage de biogaz.

Mise en place d'un réseau captage de biogaz. © Hysacam

Outres les villes de Douala et de Yaoundé, le groupe camerounais est présent dans 15 autres villes du pays, mais aussi au Liberia et au Bénin. Il est l’un des trois pionniers africains de l’environnement sélectionnés par Jeune Afrique.

Le traitement des déchets solides a beau être un marché ouvert à la concurrence au Cameroun, à chaque nouvel appel d’offres, c’est Hysacam qui l’emporte.

Le groupe fondé en 1969 par le français Granjouan puis repris en 1995 par une poignée de ses cadres règne sans partage sur ce secteur d’activité depuis cinq décennies. Ses derniers succès remontent à 2018, lorsque l’entreprise a de nouveau raflé les marchés de Yaoundé et de Douala puis, quelques mois plus tard, celui de Ngaoundéré, la grande ville du nord du pays.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte