Politique

[Série] Maroc-Algérie : les forces en présence (2/4)

Réservé aux abonnés
Par - général d'armée aérienne (ER)
Mis à jour le 3 mars 2021 à 11:39

JA © JA

« Maroc-Algérie : demain, la guerre ? » (2/4). L’Algérie et le Maroc possèdent respectivement la deuxième et cinquième armée du continent, et investissent massivement chaque année dans l’achat de matériel dernier cri. Si Rabat privilégie les fournisseurs américain et français, Alger est, de son côté, fidèle à la Russie.

L’Agence américaine pour le commerce international a révélé, à la fin de janvier 2021, que le Maroc a acquis auprès des États-Unis le système de défense aérienne Patriot. Il s’agit d’un système de défense sol-air à moyenne portée destiné à lutter contre toutes les menaces aériennes, mondialement connu depuis la deuxième guerre du Golfe.

Cet achat, dont les modalités restent à préciser, vient réduire et peut-être équilibrer le seul gros retard militaire du Maroc par rapport à l’Algérie, dotée de S-300 russes.

Radars Thales

Mais la défense aérienne d’un pays ne repose pas sur ces seuls matériels. Elle commence par les radars de surveillance. L’armée marocaine a commandé au constructeur français Thales deux radars Ground Master 400 qui s’ajouteront aux trois dont elle dispose déjà.

En outre, le Maroc va acquérir sept radars de type AN/TPS-77 chez l’américain Lockheed Martin. Le pays disposera ainsi d’une couverture aérienne multicouche avec des radars capables de détecter des cibles même à faible signature radar (furtives) volant à très basse altitude. De son côté, l’Algérie dispose d’un large éventail de radars d’excellente qualité, comme le Rezonans-NE russe et le Previous chinois.

Du côté des avions de combat, les Algériens, depuis des décennies, font confiance aux avions russes, et en particulier aux Sukhoï, qui laissent pantois tous les pilotes de chasse du monde tant leur manœuvrabilité, prouvée au cours de leurs démonstrations, est éblouissante. Sont-ils aussi efficaces en opération ? C’est très possible, mais pas certain car ils ont été, somme toute, peu utilisés en combat.

À l’inverse, le F-16 américain, retenu par les Marocains, est un avion qui a été beaucoup utilisé sous presque tous les cieux de la planète. Dans sa toute dernière version Viper, il possède des équipements radar et une panoplie d’armements qui lui donnent un rapport coût-efficacité absolument exceptionnel.

Maquette WEBV2_Plan de travail 1