Diplomatie

Unesco : la cheffe du bureau de Rabat suspendue

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 11 février 2021 à 23h15
Golda el-Khoury est la représentante de l’Unesco pour le Maghreb à Rabat depuis 2018.

Golda el-Khoury est la représentante de l’Unesco pour le Maghreb à Rabat depuis 2018. © Unesco

La représentante de l’Unesco pour le Maghreb, la Libanaise Golda el-Khoury, a été mise en cause pour son management et écartée de son poste de directrice du bureau de Rabat après des propos jugés déplacés à l’égard de l’équipe marocaine.

Selon nos informations, quatre employés marocains ont porté plainte en interne en juillet 2020, accusant Golda el-Khoury d’avoir mis en place une ambiance de travail « hostile ». Certains d’entre eux se seraient en effet vu traiter d’ « incultes » ou encore d’ « incapables ».

Fronde

La représentante de l’instance onusienne serait même allée jusqu’à comparer ce bureau à un « zoo ». Cette dernière sortie a déclenché une fronde plus large contre elle, y compris de la part du staff international, qui a exprimé sa solidarité avec ses collègues marocains.

Le sort de Golda el-Khoury devrait être scellé au cours du mois de février, le service d’évaluation et d’audit (IOS) de l’organisation ayant recommandé l’ouverture d’une procédure disciplinaire. Contacté par Jeune Afrique, l’Unesco a fait savoir qu’il y avait « effectivement une procédure administrative en cours », et que, « pour des raisons évidentes de confidentialité et de respect des procédures », l’organisation ne pouvait « faire de commentaires ».

Son remplaçant, attendu mi-février, a déjà été choisi. Il s’agit de l’Autrichien Alexander Schischlik. Entré à l’Unesco en 1993, il a été chargé de programmes liés à la musique, aux arts, aux industries culturelles et aux droits de l’homme, avant de gérer le secteur jeunesse et sports de l’organisation à partir de 2012.

De son côté, Golda el-Khoury avait rejoint l’ONU en 2002 comme première conseillère régionale de l’Unicef pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, avant d’être nommée à l’Unesco en 2009. Elle avait auparavant dirigé l’ONG Save the Children en Irak, en Égypte, en Jordanie et en Indonésie.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3100_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte