Finance

Finance : pourquoi la Côte d’Ivoire retourne (déjà) sur le marché des eurobonds

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 12 février 2021 à 12h26
Le pont Henri-Konan-Bédié, à Abidjan.

Le pont Henri-Konan-Bédié, à Abidjan. © Jacques Torregano pour JA

Cela se dit « battre le fer tant qu’il est chaud ». Profitant de l’appétit des investisseurs, Abidjan a enclenché une sortie accélérée sur les places financières.

Trois mois à peine après avoir mobilisé 1 milliard d’euros, le gouvernement du président Alassane Dramane Ouattara rebelote.

Le gouvernement ivoirien s’est à nouveau invité sur le marché de l’eurobond sur les places financières du Luxembourg et de Dublin. L’État de Côte d’Ivoire a cette fois-ci sollicité les investisseurs pour 850 millions d’euros en deux tranches.

Flairer une opportunité

Le gouvernement avait certes prévu de retourner sur le marché de la dette obligataire cette année, mais pas aussi tôt.

Or le pays doit investir et surtout faire face aux dépenses prévues par le budget. Ces dernières semaines, des tensions de trésorerie sont apparues en lien avec la conjoncture internationale liée à la pandémie du Covid-19 conjuguée aux difficultés dans le négoce du cacao dont la Côte d’Ivoire est le premier pays producteur.

Abidjan est conseillé pour son endettement extérieur par la banque d’affaires Rothschild & Cie qui a flairé une opportunité. « Les taux sont bons. Le marché est plus attractif. C’était le bon moment d’y aller et de boucler pour de bon le financement extérieur du budget 2021 avant la reprise des négociations avec le Fonds monétaire international », explique-t-on dans l’entourage du Premier ministre Hamed Bakayoko.

Cette nouvelle transaction a porté sur une “réouverture” des eurobonds existants en augmentant leur taille.

Optimiser le coût du risque

Une première tranche de 600 millions d’euros, avec une maturité de 2032, a été levée à un rendement de 4,3%, à travers la « réouverture » de l’eurobond émis en novembre 2020 (à l’époque à un taux de 5%). Et une deuxième tranche de 250 millions d’euros a été mobilisée (avec un taux de 5,75%) avec la réouverture d’un précédent eurobond avec une maturité en 2048 (au taux de 6,625% à l’époque).

Selon le ministère de l’Économie et des Finances, en optant pour une réouverture des eurobonds existants, il s’agissait d’optimiser le coût du risque et d’attirer des investisseurs friands de maturité longue.

Tous les fonds récoltés serviront à financer le budget. Le budget 2021 est fixé à environ 8 400 milliards de F CFA (12,8 milliards d’euros), financé par près de 2000 milliards de F CFA de dettes, dont 700 milliards en devises internationales.

Nouveau programme financier avec le FMI

La dette du pays était estimée à 16 000 milliards de F CFA, à la fin de septembre 2020, dont près de 10 600 milliards de dettes extérieures.

Le FMI, très regardant sur la politique d’endettement de l’État, n’a plus de programme financier avec le gouvernement ivoirien depuis la fin de décembre 2020.

Ces programmes sont généralement bien perçus par les marchés et participent à la réduction du coût d’endettement des États qui y participent. De nouveaux pourparlers entre la Côte d’Ivoire et le FMI devraient s’ouvrir au cours des prochains mois.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3100_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte