Politique

[Série] Maroc-Algérie : Jeune Afrique pris entre deux feux (4/4)

« Maroc-Algérie : demain, la guerre ? » (4/4). La question du Sahara n’empoisonne pas seulement les relations entre le Maroc et l’Algérie. Jeune Afrique, toujours interdit de diffusion en Algérie, est aussi une victime collatérale des tensions entre les deux pays.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 23 décembre 2021 à 10:36
Marwane Ben Yahmed

Par Marwane Ben Yahmed

Directeur de publication de Jeune Afrique.

L’ancien président algérien Abdelaziz Bouteflika passe devant une garde républicaine avec le roi du Maroc Mohammed VI à l’aéroport d’Alger, le 21 mars 2005. © REUTERS/Zohra Bensemra

« La création d’un climat passionnel, les insultes, non seulement entre dirigeants mais surtout entre les masses, encore sensibles au particularisme et au nationalisme, creusent un fossé qu’il sera difficile de combler. » Cette prédiction, formulée en 1964, émane du plus « marocain » des dirigeants algériens, feu Mohamed Boudiaf. Plus d’un demi-siècle plus tard, elle continue hélas de se vérifier chaque jour. Le conflit qu’entretiennent depuis des décennies les frères ennemis du Maghreb est connu de tous et s’exporte un peu partout, de la mal nommée Union du Maghreb arabe, dont les réunions ne se tiennent même plus, à l’Union africaine, théâtre naturel des passes d’armes entre Alger et Rabat, qui n’a réintégré l’institution qu’en 2017 après trente-trois ans d’absence.

À Lire [Série] Maroc-Algérie : demain, la guerre ?