Économie

« Émergence » : quels sont les pays africains les mieux placés pour l’atteindre ?

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 10 février 2021 à 17:47
Alain Faujas

Par Alain Faujas

Alain Faujas est spécialisé en macro-économie.

Travaux de construction du pont Henri Konan Bédié, à Abidjan, le 23 mai 2013. © Olivier pour Jeune Afrique

L’analyse des classifications montre qu’une moitié des États africains peuvent espérer émerger à moyen terme. Des constantes apparaissent qui désignent les mieux placés… pour l’instant.

Près d’une quarantaine d’États africains se sont dotés d’un plan destiné à préparer leur « émergence ».

Inventé au début des années 1980 par Antoine Van Agtmael, économiste à la Société financière internationale (IFC, groupe de la Banque mondiale), ce mot magique a remplacé les mots « développement » ou « décollage » dans les discours officiels.

Les résultats des classements sont aussi variés que les critères qui les fondent

Par exemple, le Gabon a planifié d’émerger en 2030 et le Sénégal en 2035, histoire de se mettre dans le sillage des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), catégorie des champions en la matière créée par Goldman Sachs dans les années 2000. Le but de la manœuvre est aussi de séduire les investisseurs étrangers en leur faisant miroiter les opportunités de gains dans la réalisation de cet objectif stratégique.

Une notion très floue

Quels sont les pays