Santé

Covid-19 au Burundi : les autorités entre déni et cacophonie 

Réservé aux abonnés | | Par
Un centre de dépistage au Burundi, le 6 juillet 2020.

Un centre de dépistage au Burundi, le 6 juillet 2020. © Berthier Mugiraneza/AP/SIPA

Avec seulement trois décès déclarés depuis le début de la pandémie, les autorités burundaises sont accusées de minimiser le bilan du Covid-19. Écarté du programme Covax pour l’accès à la vaccination, le Burundi est mis en cause pour sa gestion jugée catastrophique de la crise, alors que le virus gagne du terrain.

« Le gouvernement a semé ce qu’il a récolté. Il paye ses discours semant le doute sur son sérieux face à la pandémie », déplore Côme Konakuze, spécialiste burundais en épidémiologie tropicale, pas le moins du monde surpris par la mesure de l’Organisation mondiale de la santé. Le 3 février, l’OMS, en collaboration avec l’Alliance du vaccin (Gavi) annonçait la liste des pays bénéficaires du dispositif Covax, destiné à réserver une part des vaccins anti-Covid aux pays à revenu faible ou moyen. Alors que 47 États africains en font partie, le Burundi a de son côté été déclaré non éligible. En 2021, il ne recevra donc pas de vaccin dans ce cadre.

Une éviction aux allures de sanction suite aux discours de déni des autorités burundaises sur la pandémie. Fin décembre 2020, le président Évariste Ndayishimiye a ainsi déclaré que « le virus n’existe pas au Burundi. D’ailleurs, les autres viennent se faire soigner ici et préfèrent rester après leur guérison. Dieu nous protège ».

Inconstance

Comme un air de déjà-vu, alors que son prédécesseur, Pierre Nkurunziza, estimait que son pays était protégé par « la grâce divine ». Après son investiture, Évariste Ndayishimiye avait pourtant amorcé un virage spectaculaire au sujet du coronavirus. Alors que Nkurunziza niait l’existence du Covid-19, lui avait qualifié en juillet la pandémie de « plus grand ennemi des Burundais » et promis des opérations de dépistage suite à un don de plusieurs millions de dollars de la Banque mondiale.

Ceux qui disent que la situation est grave sont des ennemis de la Nation

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

3098_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte