Diplomatie

Présidence de la Cedeao : pourquoi Nana Akufo-Addo a irrité Umaro Sissoco Embaló et Macky Sall

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 07 février 2021 à 18h04
Le chef de l’État ghanéen, Nana Akufo-Addo, président de la Cedeao, à Accra, le 15 septembre 2020.

Le chef de l'État ghanéen, Nana Akufo-Addo, président de la Cedeao, à Accra, le 15 septembre 2020. © CHRISTIAN THOMPSON/EPA/MAXPPP

Élu pour un an en septembre 2020, Nana Akufo-Addo vient déjà d’être reconduit à la présidence de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest. Les dirigeants étaient très pressés d’officialiser leur décision.  

Selon nos informations, cette décision, prise le 2 février lors d’une réunion extraordinaire des chefs d’État de la Cedeao, a provoqué le courroux d’Umaro Sissoco Embaló. Le président de la Guinée-Bissau ne faisait pas mystère de ses ambitions pour le poste.

Bataille diplomatique

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte