Politique

Tunisie : « L’ancien monde politique est en train de sombrer »

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 09 février 2021 à 08h49
Kerim Bouzouita, conseiller en stratégie et communication politiques

Kerim Bouzouita, conseiller en stratégie et communication politiques © Ons Abid pour JA

Les jeunes Tunisiens qui manifestent aux quatre coins du pays peuvent-ils jouer un rôle dans son avenir politique ? Le conseiller en communication Kerim Bouzouita décrypte les causes et les perspectives de leur mouvement.

Dix ans après la révolution, les slogans de « liberté, emploi, dignité » n’ont plus cours. La colère des jeunes dit aussi bien leur rejet du pouvoir que leur volonté d’en découdre. Depuis le début de l’année, ils mettent en scène leur ras-le-bol dans le centre-ville de Tunis. Sur l’avenue Bourguiba, entre ficus et cordons de police, les attroupements bigarrés surprennent.

S’ils ne relaient pas forcément les revendications des plus démunis, ces jeunes installent, d’une manifestation à l’autre, une forme de protestation sans conformisme. Déguisés, injurieux face à la police, provocateurs et prêts à en découdre, ils osent et dérangent à la fois. L’anthropologue et influent conseiller en communication politique Kerim Bouzouita décrypte cette nouvelle tendance et ses perspectives.

Jeune Afrique : Que se passe-t-il en Tunisie ?

Kerim Bouzouita : Le phénomène n’est pas isolé du reste du monde. Il s’agit de l’expression d’un ras-le-bol, en réaction à la crise que vit la civilisation humaine dans un épisode d’une extrême violence, marqué par la pandémie, l’individualisme libéral et le capitalisme suicidaire. Au niveau local, les manifestations auxquelles nous assistons surgissent à une date anniversaire symbolique, dix ans après le soulèvement populaire porteur d’une promesse de révolution.

Cette révolution était l’espoir d’un nouveau pacte social, supposé fonder la légitimité de l’État et de l’exercice du pouvoir par les élus et l’exécutif sur le consentement volontaire des citoyens. Les forces politiques qui ont participé à la transition démocratique ont échoué à refonder ce pacte social, cela ne va pas sans conséquences. Les grands perdants de l’exercice du pouvoir de la dernière décennie sont les jeunes.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

3098_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte