Banque de développement

BAD : le Maroc devance l’Algérie et la Côte d’Ivoire au capital

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina et Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture du Maroc.

Le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina et Aziz Akhannouch, ministre de l'Agriculture du Maroc. © AfDB President/Flickr

Le Maroc a réglé le premier versement de sa souscription prévue dans le cadre de l’augmentation de capital de la banque africaine de développement. Les contributions d’Alger et d’Abidjan sont également attendues à partir de 2021.

Le Maroc est, à date, le deuxième actionnaire « régional » de la Banque africaine de développement (BAD), derrière le Nigeria. Avec cette représentation plus importante au capital, ce pays dispose, pour le moment, d’une influence plus importante durant les délibérations du conseil d’administration de la banque.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)
Fermer

Je me connecte