Politique

Centrafrique : face aux rebelles qui veulent asphyxier Bangui, Touadéra privilégie la force

Réservé aux abonnés | | Par - envoyé spécial à Garoua-Boulaï
Des camions bloqués sur l’axe menant à Bangui, à Garoua-Boulaï, au Cameroun, près de la frontière avec la Centrafrique.

Des camions bloqués sur l'axe menant à Bangui, à Garoua-Boulaï, au Cameroun, près de la frontière avec la Centrafrique. © DANIEL BELOUMOU OLOMO/AFP

Les rebelles de la CPC, dont François Bozizé est accusé d’être le principal chef, bloquent la route reliant Bangui au Cameroun. Un axe vital pour les populations, mais aussi pour Faustin-Archange Touadéra, qui cherche à éviter l’asphyxie de la capitale.

Une file de camions qui s’étend à perte de vue. Depuis plus de deux mois, dans la ville frontalière de Garoua-Boulaï, au Cameroun, ils attendent de pouvoir passer en Centrafrique. Assis sur une petite chaise en rotin qu’il a installée à l’ombre de son camion, Ibrahim, un routier camerounais, prend son mal en patience. Tandis qu’il trempe ses lèvres dans son verre de thé brûlant, les effluves émanant de son chargement ne laissent que peu de doute sur l’état de décomposition avancée de sa cargaison d’ail et d’oignon.

« Cela fait six semaines que je suis là à attendre sans savoir quand je pourrais enfin reprendre la route, lâche-t-il plein d’amertume. Je transporte des denrées périssables qui ne tiendront plus longtemps désormais. Nous sommes doublement pénalisés : en plus du temps que l’on perd ici, notre cargaison va être détruite. Qui va me rembourser ? ». Un peu plus loin, un autre chauffeur rallume le moteur de son camion frigorifique. À l’arrière, une cargaison de poulets congelés. « Il faut très régulièrement faire tourner le camion, pour maintenir le congélateur à la bonne température et ne pas briser la chaîne du froid, explique le camionneur. Je ne sais pas combien de temps je vais pouvoir tenir, ça coûte cher en carburant ».

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

3098_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte